La ville durable en débat au Festival du Vent

FESTIVAL DU VENT 20 Minutes, partenaire du 20e Festiventu du 26 au 30 octobre à Calvi, s'associe au débat sur la ville durable qui aura lieu le jeudi 27 octobre...

A.C.

— 

Immeubles récents, allée Henri Frenay à Grenoble, dans la ZAC de Bonne.
Immeubles récents, allée Henri Frenay à Grenoble, dans la ZAC de Bonne. — FAYOLLE PASCAL/SIPA

Difficile de définir une ville «durable». Ecologique, évidemment, mais aussi accessible, solidaire, humaine… Les experts réunis à Calvi au Festival du Vent confronteront leurs visions de cette ville du futur. Pour Carlos Moreno, conseiller scientifique chez Inéo (groupe GDF Suez), la ville durable «est une ville décarbonée puisque l’écologie est au cœur de la problématique» mais surtout une ville qui répond aux besoins des citoyens en termes de facilité de déplacement, d’offre culturelle, sportive… «La ville durable va au-delà de l’infrastructure, qui n’en est que la base. Il faut des services de grande qualité pour que les citoyens dépensent moins d’énergie: des transports partagés et accessibles, des distances plus courtes entre habitations, bureaux, commerces, services culturels…» 

Gaëtan Desruelles, directeur général adjoint R&D, Innovation et Construction durable de Bouygues Construction, est plus sceptique: pour lui, la ville durable est encore «entre l’utopie et la science-fiction»: «Il ne suffit pas de faire des projections de technologies ou d’espérer des modifications de comportements, explique-t-il. Pour que la ville durable émerge, il faut un tandem entre un urbaniste-architecte et un élu convaincu que cela correspond aux attentes des citoyens.» Et il faut aussi les moyens financiers de mener un grand projet de rénovation urbaine qui permettrait d’intégrer les innovations déjà existantes, immeubles économes en énergie ou transports en libre-service, dans un ensemble urbain cohérent, reliant les éco-quartiers naissants à des centre-ville rénovés, sans empiéter sur les campagnes et leur nécessaire biodiversité.