Contre les sacs plastiques ou les mégots, le Festival du Vent part en campagne

EVENEMENT Chaque année, le Festival du Vent de Calvi est le berceau de campagnes éco-citoyennes, qui se propagent ensuite vers le continent...

A.C.

— 

Des mégots de cigarettes.
Des mégots de cigarettes. — GILE MICHEL/SIPA

Elles sont nées à Calvi et ont gagné le continent pour répandre la parole écolo: les campagnes éco-citoyennes du Festival du Vent sont une des fiertés de ses organisateurs. Depuis vingt ans, le Festival a ainsi contribué à la disparition des sacs plastiques aux caisses des grandes surfaces et au recyclage des piles ou du papier. Cette année, le vingtième Festiventu, qui aura lieu du 26 au 30 octobre, mettra l’accent sur la lutte contre les mégots avec une campagne baptisée «Jette pas ton mégot, deviens un héros.»

Les campagnes prennent leur envol à Calvi

Lancée lors de l’édition 2010 du Festival, la campagne qui va transformer les fumeurs en super-héros rempile en 2011: «Cette campagne s’étend sur une année, pendant laquelle 3.000 cendriers de poche seront distribués. Nous avons vérifié l’efficacité de ces distributions au Festival du Vent l’an dernier: alors qu’on passait des journées entières à ramasser les mégots, on n’en avait quasiment plus par terre», expliquent Carina Orru, présidente de l’association Les Amis du Vent, et Serge Orru, directeur du WWF-France.

Tous deux espèrent que la campagne anti-mégots prendra le même envol que celle contre les sacs plastiques: «Ils étaient devenus systématiques dans les supermarchés, se souviennent-ils. Après notre campagne «Halte aux sacs plastiques»  en 1997-98 et le référendum qui en a interdit la distribution en Corse en 2003, on doit aujourd’hui les demander pour en avoir». 

«Faire de la Corse une île exemplaire»

Les campagnes «Sème pas tes piles» et «Oui au papier recyclé» ont aussi vu le jour à Calvi. Pour apprendre aux enfants à trier le papier et augmenter son taux de recyclage, EcoFolio, l’organisme en charge de la revalorisation des papiers, a ainsi choisi de débuter par trente écoles de Corse, où le rectorat a intégré, dès la rentrée 2010, la campagne LéoFolio au programme scolaire. Elle a ensuite été élargie à toute la France avec l’appui de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) et des inspections académiques.

«Notre rêve est de faire de la Corse une île exemplaire en matière d’environnement et d’écologie», commente Carina Orru, originaire d’un petit village proche de Calvi. «A travers le sac plastique ou le mégot, c’est toute la problématique du jetable qui est posée: comment faire pour passer à une société du durable?, complète Serge Orru. Nous voulons impulser le changement ici et qu’il se propage ailleurs».