L'encre des emballages contamine les aliments

A.C.

— 

Selon une étude réalisée par l’UFC-Que choisir sur 20 produits alimentaires vendus en France (pâtes, riz, couscous, chapelure, sucre…), les substances chimiques présentes dans les encres des emballages déteignent sur le contenu des boîtes en carton et se retrouvent dans nos assiettes. Résultat, nous consommons quotidiennement des dérivés pétroliers: 14 des 20 produits testés en contenaient et pour deux d’entre eux, la graine de couscous Tipiak et la chapelure Leader Price, la dose d’huile minérale saturée dépasse respectivement  50 fois et 10 fois la dose maximale recommandée.

Il n’existe pas d’étude sur l’effet de ces huiles minérales saturées sur la santé humaine, mais sur l’animal, leur absorption peut entraîner des dommages au foie, au cœur et aux ganglions lymphatiques, explique l’UFC-Que choisir qui demande «aux pouvoirs publics français et européens de combler le vide réglementaire actuel et de définir sans plus attendre une réglementation sur les huiles minérales garantissant l’absence de dérivés pétroliers dans les aliments». Les industries agro-alimentaires sont également priées par l’association «d’utiliser dès maintenant, en application du principe de précaution, des encres végétales ou à faible migration, comme le recommande elle-même l’association des fabricants d’emballages en carton».