Près des deux tiers des nappes phréatiques manquent toujours d'eau

© 2011 AFP

— 

Près des deux tiers des nappes phréatiques de France (63%) affichaient toujours un «niveau inférieur à la normale» au 1er septembre malgré un été pluvieux avec le mois d'août le plus sec depuis 40 ans en Corse, selon le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

La plus grande partie du Bassin parisien et le Sud-Ouest souffrent «du résultat de plusieurs années de déficit pluviométrique», indique la carte de l'état des nappes d'eau souterraine publiée lundi.

Cette situation concerne surtout les nappes de Beauce, du Bas-Dauphiné, du Champigny en Ile-de-France ainsi que celles du bassin de la Garonne, relève le communiqué du BRGM.

En Alsace, en revanche, les pluies de l'été et les mesures de restriction dès le printemps ont permis de recharger relativement vite les nappes. De même dans le Languedoc-Roussillon et en Provence-Alpes-Côte d'Azur, où les niveaux des eaux souterraines sont qualifiés de «plus favorables» au 1er septembre.

59 départements touchés par des mesures de restrictions d'usage de l'eau

Cet été, les quantités d'eau tombées lors des pluies qui ont gâché les vacances de bon nombre de touristes étaient «supérieures de près de 30% à la moyenne de référence pendant les années 1971 à 2000», ajoute le BRGM.

Mais les régions ont été différemment arrosées avec des cumuls d'eau deux à trois fois supérieurs à la normale sur le Nord-Ouest. L'extrême sud du pays, cependant, a connu des précipitations nettement déficitaires.

En résumé, «le niveau des nappes à la fin août a été en hausse pour 17% des nappes phréatiques, en baisse relative pour 67% et stable pour les 16% restants».

Ce lundi 59 départements restaient touchés par des mesures de restrictions d'usage de l'eau, principalement sur la façade atlantique et dans le centre de la France, selon le ministère de l'Ecologie.