Le chef Raoni en quête de soutien en France contre le barrage de Belo Monte

© 2011 AFP

— 

Le chef indigène brésilien Raoni est arrivé ce lundi en France pour recueillir des soutiens dans sa lutte contre le projet du barrage géant de Belo Monte en Amazonie, qui a reçu le 1er juin dernier le feu vert des autorités brésiliennes.

Raoni, arborant une coiffe de plumes jaunes et noires et son impressionnant labret (disque en bois) dans la lèvre, a atterri à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle en fin de matinée, a constaté un photographe de l'AFP.

Le chef indien octogénaire, rendu célèbre par le soutien que lui a apporté le chanteur Sting en 1989 pour la protection de la forêt amazonienne, s'est vu remettre par son comité de soutien les plus de 100.000 premières signatures d'une pétition s'opposant au Belo Monte.

Cette pétition a été lancée il y a plus d'un an par les initiateurs du site Raoni.com, basé en France. Réclamant l'arrêt des travaux de ce barrage géant, elle a notamment été signée par Marion Cotillard, Bernard Lavilliers, Vincent Cassel, Pierre Richard et Danielle Mitterrand, a indiqué à l'AFP Gert-Peter Bruch, responsable éditorial du site.

Craintes sur l'arrivée de travailleurs

Le chef Raoni, chef de la tribu des indiens nomades Kayapos, doit rester en France jusqu'à «début octobre», selon son comité de soutien. Il doit notamment rencontrer des officiels et des partenaires, et être fait citoyen d'honneur de la Ville de Paris le 27 septembre, a-t-on indiqué.

En dépit d'une campagne des écologistes et des indiens, soutenue par le réalisateur d'«Avatar», James Cameron, le Brésil a donné son feu vert le 1er juin aux travaux de Belo Monte, le troisième barrage le plus grand du monde.

Selon les chiffres officiels, ce barrage, qui doit être terminé en 2019, inondera une zone de 500 km2 sur les berges du Xingu, dans l'ouest de l'Etat amazonien du Para, et nécessitera le déplacement de 16.000 personnes.

L'une des craintes des populations traditionnelles est l'arrivée massive de travailleurs dans la région. Selon le consortium Norte Energia, la construction du barrage créera 18.000 emplois directs et plus de 23.000 indirects, soit 96.000 personnes au total avec les familles.