Bolivie: la marche indigène sur La Paz étudie une invitation de Morales

© 2011 AFP

— 

Quelque 1.700 Indiens amazoniens de Bolivie, qui ont entamé il y a un mois une marche de protestation vers La Paz, étudiaient vendredi une invitation au dialogue du chef de l'Etat Evo Morales, a-t-on appris de sources concordantes.

Les marcheurs se concertaient au cours d'une réunion à huis clos au hameau de La Embocada, à mi-chemin du parcours de 600 km entamé le 15 août à Trinidad, dans le Nord amazonien, en direction de La Paz, la capitale, sur l'altiplano andin, a constaté l'AFP.

Les marcheurs réclament l'abandon pur et simple d'un projet de route de 300 km, dans le centre du pays, dont un tronçon doit traverser le Parc Isiboro Secure, un parc naturel d'un million d'hectares, qui est aussi le territoire ancestral de 50.000 Indiens amazoniens.

Après une semaine de halte à La Embocada, et des réunions avec des ministres venus à leur rencontre, les marcheurs ont exprimé jeudi soir leur intention de reprendre la route vendredi, faute d'un déblocage.

Mais la missive du président socialiste Morales, dont le contenu n'a pas été révélé par les marcheurs, a ajourné leur départ.

Le ministre à la Présidence Carlos Romero a confirmé vendredi "l'invitation du président Morales à une délégation de la marche dans la ville de Cochabamba (centre), au siège du gouvernement local, pour pouvoir dialoguer en direct de leurs doléances".

M. Romero a aussi indiqué que la lettre du président Morales répondait "point par point" à la quinzaine de thèmes soulevés par les Indiens lors de diverses réunions de conciliation, et dépassant le cadre de la route controversée.

La présence à Yucumo, à 25 km de La Embocada, d'un barrage tenu par des paysans partisans du gouvernement, a laissé craindre des risques d'affrontements avec les marcheurs, et entraîné un déploiement de 450 policiers sur la zone.

Les marcheurs ont assuré jeudi que s'ils reprenaient la route, ils s'arrêteraient à une quinzaine de kilomètres du barrage pour éviter les tensions.