En Ile-de-France, les véhicules polluants bientôt refoulés au-delà de l'A 86?

POLLUTION On commence à en savoir un peu plus sur les Zapa, ces zones que huit agglomérations françaises doivent mettre en place l'année prochaine, pour limiter l'impact des véhicules les plus polluants...

William molinié

— 

Des pollutions franciliennes surtout dues au trafic et au chauffage.
Des pollutions franciliennes surtout dues au trafic et au chauffage. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Les véhicules les plus polluants pourraient être bientôt interdits à Paris et en petite couronne. Le périmètre de la Zone d’action prioritaire pour l’air (Zapa) en agglomération parisienne devrait correspondre à la ceinture de l’A86, a révélé mercredi matin Denis Baupin, l’adjoint (Europe Ecologie Les Verts) au maire de Paris, chargé du développement durable, de l'environnement et du plan climat. «Nous sommes en train de proposer des dispositifs et d’en discuter avec l’Etat. Pour l’heure, le périmètre de l’A86 nous apparait comme la proposition la plus pertinente. Nous élaborons des études en fonction des différents scénarios», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Airparif qui présentait une étude sur l’origine des émanations de particules fines en Ile-de-France.

Huit agglomérations françaises se sont portées candidates pour tester une Zapa. Elles devront d’ici à la fin de l’année présenter un projet de restriction ou d’interdiction de circulation pour certains véhicules. L’objectif étant de limiter les émissions de gaz à effets de serre ainsi que la pollution aux particules fines dont les seuils d’alerte sont régulièrement dépassés dans l’agglomération.

Reste à savoir les modalités de l’expérience, dont les premières applications commenceront à l’été 2012. «On ne sait pas s’il faut ou non inclure l’A86 au périmètre. Et comment faire pour les villes traversées par l’A86? Il y a aussi des discussions autour du mode de gouvernance de ce territoire» qui ne correspond à aucune frontière administrative existante, a poursuivi l'élu.

Les véhicules diesel et anciens sont particulièrement dans le viseur des collectivités locales. Un système de vignettes classant les véhicules les plus polluants, comme celui qui existe à Berlin, pourrait voir le jour. «Nous sommes vigilants à l’impact social. Ce sont les populations les plus défavorisées qui possèdent les véhicules les plus anciens et donc les plus polluants», conclut l’adjoint au maire.