Etude: trois quarts des Français ont conscience que la voiture revient plus chère que les transports publics

DEPLACEMENTS A quelques jours de la semaine européenne de la mobilité, et à une semaine de la Journée des transports publics, plusieurs organisations responsables du transport public en France ont présenté mardi 13 septembre un sondage sur la perception des Français de leurs réseaux de transport urbain. Présentation...

Mickaël Bosredon

— 

Les transports publics ont encore du mal à distancer la voiture
Les transports publics ont encore du mal à distancer la voiture — AFP/DERRICK CEYRAC

En France, les usagers ne paient qu’un tiers du coût réel des transports urbains. Le reste est assumé par la collectivité – les impôts – et pour une petite partie par le versement transport (cotisations des entreprises domiciliées dans les grandes urbaines).

Le Gart (Groupement des autorités responsables des transports), qui regroupe les collectivités, l’UTP (Union des Transports Publics), qui rassemble les professionnels du Transport public, et le GIE Objectif Transport Public, chargé de valoriser ce secteur en France, ont présenté un sondage* ce mardi sur la perception des Français du vrai prix de leur transport public. Bonne nouvelle pour les professionnels, «trois quarts des Français jugent que l’utilisation de la voiture est plus chère que les transports publics», a détaillé lors d’une présentation Roland Ries, président du Gart, et maire PS de Strasbourg. Si 37% estime que la voiture revient dix fois plus cher, «ils ne sont que 14% à savoir que la voiture coûte en fait vingt fois plus cher que les transports. Si l’on tient compte de l’amortissement de la voiture, de l’entretien, du coût du parking, du carburant, des amendes… Le vrai coût de la voiture explose effectivement face aux transports communs.» Même si vingt fois serait cependant un maximum entre un usager qui n’utilise jamais de voiture, et un autre qui l’emprunte quotidiennement.

Journée des Transports publics le 21 septembre pour découvrir les réseaux

Dernier chiffre à mettre en avant: 41% des Français disent ne jamais prendre les transports en commun. «Cela montre qu’il reste encore du travail à faire» résume Roland Ries. Mais si les Français ont conscience que le rapport qualité/prix est en faveur des transports, quels leviers actionner pour leur faire délaisser la voiture ? «Les attentes des Français portent sur la fréquence, la ponctualité, et l’information voyageurs», affirme Jean-Marc Janaillac, vice-président de l’UTP. «Ce qui heurte nos concitoyens, analyse de son côté Bernard Soulage, président du GIE Objectif Transports Publics, c’est ce sentiment que la chaîne des transports est, à un moment, rompue, qu’il faut nécessairement acheter plusieurs billets pour faire un même trajet. Pourtant les réseaux ont réalisé beaucoup d’efforts pour fluidifier l’offre.»

Mercredi 21 septembre, la Journée du Transport Public, qui sera célébrée dans environ 200 réseaux de transports urbains en France, offrira aux citoyens, et particulièrement aux automobilistes, l’occasion de découvrir leur réseau pour 1€ la journée. Il n’en resterait pas moins que les opérateurs, tout du moins dans les grandes agglomérations, pourraient avoir du mal à gérer un nouvel afflux massif de voyageurs, dans un contexte de sur-fréquentation, voire de saturation des transports urbains.

*Sondage réalisé les 23 et 24 août 2011 sur un échantillon représentatif de 1.009 individus âgés de 15 ans et plus