Les côtes siciliennes menacées par l'exploitation pétrolière

A.C.

— 

Les défenseurs de l’environnement italiens sont en colère: plus de 100 puits de pétrole pourraient voir le jour au large de la Sicile, une région riche en biodiversité marine, rapporte le site d’informations italien Il fatto quotidiano. Des aides du gouvernement devraient être accordées aux foreurs, et les géants du pétrole ENI, ERG ou Esso sont déjà sur les rangs.

Conflit d’intérêts entre la ministre et les pétroliers

Le scandale, selon les associations écologistes italiennes, réside dans le conflit d’intérêts entre le ministère de l’Environnement et les pétroliers. L’un de leurs fournisseurs d’équipement sera l’entreprise italienne Coemi, dont les fondateurs et administrateurs ne sont autres que les membres de la famille de l’actuelle ministre de l’Environnement, Stefania Prestigiacomo. Selon un porte-parole du gouvernement cité par Il fatto quotidiano, les lois sur les forages de pétrole ne se sont pas adoucies depuis l’arrivée de Prestigiacomo au ministère, mais se seraient au contraire renforcées avec l’interdiction de forer à moins de cinq kilomètres des côtes.

Les militants contre les forages au large de la Sicile ne l’entendent pas de la même manière: pour eux, une fuite de pétrole dans cette zone marine serait une véritable catastrophe pour l’environnement. Selon les scientifiques, il faudrait plus de cent ans pour que la Méditerranée soit nettoyée d’une marée noire en raison de sa situation de mer fermée.