Les bouches de Bonifacio classées «zones maritimes particulièrement vulnérables»

LITTORAL La réserve maritime du sud de la Corse bénéficiera d'une protection accrue contre les pollutions liées à la navigation...

A.C.

— 

Les falaises de Bonifacio, en Corse.
Les falaises de Bonifacio, en Corse. — SIPA

Mérous, coraux, posidonies, cormorans… La réserve naturelle des bouches de Bonifacio abrite 37% des espèces remarquables de Méditerranée. Les 79.460 hectares entre la pointe sud de la Corse et la Sardaigne sont désormais classés «zone maritime particulièrement vulnérable». Ce statut, annoncé officiellement par la ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, lors de son déplacement en Corse le 25 août, permettra de mieux contrôler la navigation maritime dans le détroit et de mettre en place de nouvelles mesures de protection des mammifères marins.

Les navires dangereux sous protection rapprochée

Chaque année, plus de 4.000 navires empruntent le détroit des bouches de Bonifacio. Selon le ministère de l’Ecologie, 10% de ces bateaux transportent des matières dangereuses pour l’environnement, notamment des hydrocarbures. Considérée comme une «très lourde menace», la navigation n’est toutefois pas interdite dans le détroit mais surveillée depuis le sémaphore de Pertusato. Pour améliorer le contrôle des bateaux, la France et l’Italie ont obtenu de l’Organisation maritime internationale (OMI) le classement en «zone maritime particulièrement vulnérable»: «Ce classement est une décision historique car elle nous donne enfin les moyens de protéger le littoral de la Corse contre les risques liés au transport maritime de matières dangereuses», a déclaré Nathalie Kosciusko-Morizet.

Reste maintenant à la France et à l’Italie de définir quelles mesures de protection seront prises. Dès 2012, un pilotage hauturier des navires transportant des marchandises dangereuses pourrait être mis en place: «La France recommandera fortement la présence d’un pilote italien ou français qui connaît bien le détroit pour accompagner les bateaux avec un tonnage important», a indiqué NKM.

Interdiction de déranger les baleines

Les mammifères marins devraient également bénéficier du classement des bouches de Bonifacio, qui font partie du sanctuaire marin Pelagos, destiné à protéger les dauphins, cachalots ou rorquals de Méditerranée des activités humaines. Depuis l’arrêté du 1er juillet 2011, toute perturbation intentionnelle des animaux, ainsi que la destruction ou la dégradation de leurs aires de repos ou d’alimentation sont interdits: «Jusqu'à maintenant, vous n'aviez pas le droit de destruction, mais vous pouviez gêner par vos activités. Là, il n'est plus possible de déranger les mammifères marins», a expliqué la ministre à l'AFP.

Par exemple, «vous n'avez pas le droit désormais de trouver que les baleines c'est formidable et donc d'aller les voir et de les empêcher de vivre. Avant, vous n'aviez pas le droit de les tuer mais vous pouviez avoir une attitude extrêmement agressive à leur égard et donc perturbatrice, pourvu que vous ne les détruisiez pas. Maintenant elles sont protégées au-delà de la simple destruction», a détaillé Nathalie Kosciusko-Morizet. Un premier pas avant la création d’un parc marin international qui réunirait les deux réserves naturelles, française et italienne, des bouches de Bonifacio.