Les cornes de rhinocéros volées dans un musée anglais n'étaient que des copies

TRAFIC Les vols de cornes de rhinocéros sont en pleine expansion, mais cette fois les voleurs se sont fait bernés...

© 2011 AFP

— 

Dix-huit carcasses de rhinocéros dépouillés de leur corne ont été découvertes dans une zone près du parc national Kruger en Afrique du Sud, ont indiqué vendredi les autorités locales.
Dix-huit carcasses de rhinocéros dépouillés de leur corne ont été découvertes dans une zone près du parc national Kruger en Afrique du Sud, ont indiqué vendredi les autorités locales. — Christophe Simon afp.com

Des cambrioleurs ont dérobé samedi dans un musée britannique deux cornes de rhinocéros qui étaient en fait des copies, a annoncé le musée d'histoire naturelle de Tring (sud), qui avait récemment remplacé les vrais appendices frontaux des animaux, très prisés de voleurs en Europe. «Le vol est survenu vers 04H00 (03H00 GMT) après une tentative qui a échoué vers minuit. Les cornes avaient été remplacées par des répliques il y a environ trois mois. Chacune des répliques pèse environ 2 kilos», a expliqué à l'AFP la porte-parole du musée, Chloe Kembery. «De vraies cornes de rhinocéros se vendent dans la région pour 60.000 livres par kilo (68.000 euros)», a-t-elle précisé. Mais les répliques faites en résine n'ont aucune valeur. Les cornes ont été volées sur un rhinocéros indien et un rhinocéros blanc dans le musée d'histoire naturelle de Tring, dans le nord-ouest de Londres. La police a ouvert une enquête.

Broyées et transformées en poudre avant d’être commercialisées

Les vols de cornes de rhinocéros dans des musées sont en pleine expansion. Une vingtaine a été enregistrés en Europe sur les six derniers mois, notamment au Portugal, en France, en Allemagne, en République tchèque et en Suède. En réaction, les musées ont décidé de renforcer leurs systèmes de sécurité, de retirer les rhinocéros des vitrines ou de remplacer les cornes par des fausses. L'organisation européenne de coopération policière Europol soupçonne un groupe d'Irlandais issu du crime organisé d'être derrière une série de vols commis depuis un an et demi dans les musées, les zoos, les salles de ventes, les antiquaires et chez des collectionneurs privés.

A l'origine de ce trafic: l'engouement pour les cornes de rhinocéros en Asie, où elles peuvent se négocier entre 25.000 et 200.000 euros, selon leur taille, selon Europol. Généralement broyées et transformées en poudre, elles sont ensuite commercialisées sur les marchés asiatiques où elles sont prisées pour leurs supposées vertus médicinales contre la fièvre, les migraines, la typhoïde ou la variole. Leur utilisation pour soigner l'impuissance est en revanche un mythe.