Les jeunes Don Juan vieillissent mal

SCIENCES C'est la conclusion d'une étude menée sur des oiseaux...

A.C.

— 

Une outarde au Kenya.
Une outarde au Kenya. — SIPA

Plus on drague dans sa jeunesse, moins on est vigoureux à l’âge mûr. Selon les conclusions d’une étude menée par les scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et du CNRS, il faut choisir entre séduire au début de la vie et ralentir son vieillissement.

Cette étude, basée sur l’observation des parades sexuelles des outardes houbara mâles, une espèce d’oiseau vivant en Afrique du Nord, de l’âge de un an à 24 ans, a permis de faire le lien entre le comportement et le pouvoir fertilisant du sperme des oiseaux. Parmi les jeunes reproducteurs, ceux qui font les parades les plus exubérantes produisent un sperme de meilleure qualité que les autres. Mais avec l’âge, ces jeunes Don Juan vieillissent plus vite que leurs congénères et ont, au fil du temps, un sperme de moindre qualité, réduisant leurs chances de se reproduire à la fin de leur vie.

«L’investissement fait dans ces activités de parade pour attirer les femelles entrainent des bénéfices immédiats mais aussi des coûts en terme de qualité d’éjaculat tard dans la vie, résume Gabriele Sorci, du laboratoire de bio géosciences au CNRS- Université de Bourgogne.  En général, un investissement très important dans des traits exprimés tôt dans la vie ont un effet sur les traits exprimés plus tard», explique-t-il à 20 Minutes.

Brûler la chandelle par les deux bouts, un comportement rationnel dans la nature

Il faudrait donc arbitrer entre une folle jeunesse et une belle vieillesse? «Dans la nature, il vaut mieux investir tôt car on ne sait pas si on deviendra vieux, explique Gabriele Sorci. On minimise ainsi le risque que le retour sur investissement soit nul. En garder sous le pied pour ses vieux jours ne confère pas d’avantage dans la nature.»

Les outardes houbara ont été choisies pour réaliser cette étude à cause de leur «caractère sexuel exubérant»: elles dépensent beaucoup d’énergie et de temps pour émettre leur signal sexuel. Mais le principe général qui se dégage de l’étude est applicable à toutes les espèces: ce que l’on fait jeune a des conséquences sur la manière dont on vieillit, y compris pour le vieillissement sexuel.