Les nouvelles règles parasismiques vont modifier la construction en France

REGLEMENTATION Plus de 21.000 communes sont désormais concernées par le nouveau zonage sismique. L'enjeu principal sera de mettre aux normes les bâtiments existants...

M.B.

— 

La carte de la nouvelle réglementation sismique
La carte de la nouvelle réglementation sismique — DR/Ministère du Développement Durable

Se parer contre l’évolution des risques sismiques. C’est l’objectif de la nouvelle réglementation parasismique, entrée en vigueur en France le 1er mai dernier. Elle étend les zones de la France métropolitaine et d’Outre-Mer concernées (voir carte), et renforce les normes de construction. Essentiel, lorsqu’on sait que des habitations non adaptées au risque sismique, résistent beaucoup moins bien en cas de mouvement. Ce fut le cas au début de l’année 2009 dans la ville de L’Aquila en Italie. L’effondrement d’un bâtiment ne comportant pas d’acier dans ses structures avait causé à lui seul dix morts.

Ce sont désormais 21.000 communes en France qui sont concernées par cette nouvelle délimitation, soit quatre fois plus que dans l’ancien zonage, qui remontait à 1991. Le territoire est de plus divisé en cinq zones allant de «très faible» (bassin sédimentaire parisien et aquitain) à «forte» (les Antilles). Les massifs alpin et des Pyrénées, le sud de l’Alsace, le fossé rhénan, entrent en catégorie 4.

Trois mois après son entrée en vigueur, la nouvelle réglementation est-elle respectée? Pas toujours. Pascal Graindorge, journaliste spécialisée dans le bâtiment, a ainsi relevé sur un chantier classé en zone II de sismicité 4, toute une série de fautes dans la construction. «Une vraie honte, surtout que tout cela sera ensuite caché.» Le journaliste insiste: «Les particuliers se faisant construire une maison dans les zones classées 3 et 4 doivent absolument se renseigner si le bâtiment correspond bien à la nouvelle réglementation, dont l’idée principale est que l’ensemble des poteaux et poutres doivent être solidaires entre eux en cas de glissement de terrain.»

Les normes sont bien sûr adaptées selon la nature de la construction. Un simple bâtiment de stockage de matière non dangereuse, ne répondra pas à la même rigueur que des constructions accueillant du public, des casernes, ou des hôpitaux. «Mais encore plus que les bâtiments neufs, l’enjeu principal de la réglementation parasismique, concerne le bâti existant. Comment faire pour le mettre aux normes?» Tout un chantier.

Le dernier séisme majeur en France remonte à 1909. Il s’est produit à Lambesc, dans la région entre Salon-de-Provence et Aix-en-Provence, et avait fait 46 morts.