Algues vertes: Quels sont les risques pour l'homme?

BRETAGNE Après la mort d'une trentaine de sangliers dans les Côtes-d'Armor, les autorités alertent les touristes sur les dangers des algues vertes. Le point sur les risques pour la santé humaine...

A.C.

— 

Des algues vertes échouées sur la plage de Saint-Michel-en-Grève dans les Côtes d'Armor, le 26 juillet 2011.
Des algues vertes échouées sur la plage de Saint-Michel-en-Grève dans les Côtes d'Armor, le 26 juillet 2011. — LE SAUX LIONEL/SIPA

Les algues vertes, ce n’est pas dangereux que pour les sangliers. Si cet été, ce sont les cochons sauvages qui trinquent, les algues ont déjà tué un cheval à l’été 2009 et pourraient être responsables du décès d’un homme, mort après avoir déchargé des caissons d’algues vertes.  Cette semaine, malgré la prudence des autorités sur les raisons de l’hécatombe de sangliers en Bretagne, les touristes britanniques ont été alertés sur le danger de fréquenter les plages bretonnes. 20 Minutes fait le point sur les risques des algues vertes pour l’homme.

Rien à craindre dans la mer…

Première chose à savoir, les algues ne sont toxiques qu’une fois sèches, lorsque la marée les dépose sur la plage. «L’algue verte vivante n’est absolument pas dangereuse, elle est même consommable, explique Alain Menesguen, du laboratoire d’écologie benthique au Centre Ifremer Bretagne. Le problème se pose quand elle s’accumule en haut des plages et que la couche de surface sèche. Des bactéries transforment alors les sulfates en sulfure d’hydrogène et ce gaz s’accumule sous une couche imperméable.»

Pas de soucis pour les baigneurs? Jean Hascoët, de l’association Baie de Douarnenez Environnement, nuance: «Ce n’est pas très grave, mais le fait de se baigner peut causer des problèmes de peau», déclare-t-il. Aucun problème de santé lié à la présence d’algues dans la mer n’a été recensé jusqu’à présent. On peut donc se baigner sans risquer plus que des petites démangeaisons.

Mais ne jamais marcher sur des tas d’algues sèches

A éviter absolument: la promenade sur la plage recouverte d’algues séchées.  «Si la couche de surface crève, par exemple si on marche dessus, l’hydrogène sulfuré s’échappe et une bouffée qui peut être mortelle est émise dans l’air, explique Alain Menesguen. Il faut absolument éviter de marcher sur les tas en décomposition, que l’on peut repérer à l’odeur d’œuf pourri.» Normalement, les plages présentant des dangers pour les promeneurs sont fermées par les municipalités et les algues sont ramassées. Mais mieux vaut ouvrir l’œil.

Début juillet, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a publié une série de recommandations à destination des touristes et des travailleurs qui peuvent être en contact avec ses algues potentiellement mortelles. L’Anses a recensé les symptômes qui peuvent mettre sur la piste d’une inhalation de gaz: irritation des muqueuses respiratoires et des yeux, voire œdème du poumon si l’inhalation a été importante. Pour les riverains des plages touchées, l’exposition chronique peut provoquer des effets sur l’odorat. L’Anses souligne que, seulement dans des cas accidentels extrêmes, une perte de connaissance avec arrêt cardiaque ou un coma peuvent avoir lieu.

>> Indiquez nous les plages sur lesquelles vous avez observé des algues vertes: la carte participative est par ici