Comment reconnaître une guêpe d'une abeille?

SERIE DE L'ETE «20Minutes» vous donne toutes les clés pour ne pas avoir l'air bête face à la nature cet été...

Audrey Chauvet

— 

A gauche, une abeille butine une fleur. A droite, des guêpes dans un nid.
A gauche, une abeille butine une fleur. A droite, des guêpes dans un nid. — AUSLOOS/SIPA et IBO/SIPA

A peine le pique-nique déballé, les voilà qui rappliquent. Les guêpes convoitent votre repas et vous avez bien envie de les assommer, mais un doute vous assaille: comment être sûr que ce ne sont pas des abeilles, dont l’existence est menacée et sans qui l’homme n’aurait plus que quatre ans à vivre, comme le disait Einstein dans vos livres de sciences naturelles? Pour ne pas risquer de commettre un crime contre l’humanité, voilà comment distinguer ces deux espèces.

Les indices: couleur et attirance pour votre pique-nique

L’abeille domestique, la plus courante en France, est rayée de brun et jaune «terne». La guêpe, elle, a plutôt des rayures noires et jaune pétant.

Question taille, les deux insectes mesurent environ 15 mm. Leur bourdonnement n’est pas tout à fait identique, mais il faut être initié pour le différencier.

Un indice fiable pour les différencier: la nourriture qu’elles convoitent. «Tout attire les guêpes: viande, poisson, sucre… Les abeilles, elles, ne boivent que du liquide sucré, le nectar des fleurs ou votre verre de soda», explique Quentin Rome. Il vaut donc toujours mieux vider les canettes de soda dans des verres et y jeter un œil avant d’avaler: une guêpe ou une abeille peut s’y repaître.

Abeilles et guêpes piquent, mais seulement si elles se sentent agressées

Les nids de guêpes se trouvent souvent dans le sol, dans des anciens terriers de rongeurs, dans les faux plafonds ou les haies. «Si on tombe sur un nid de guêpes, le risque est le même que si on s’approche trop près d’un rucher, explique Quentin Rome. Les insectes sont énervés et attaquent pour se défendre.»

L’entomologiste rappelle qu’aucun animal n’attaque s’il ne sent pas agressé: les abeilles et les guêpes ne sucent pas le sang pour se nourrir, mais vont réagir à un geste brusque de la main pour les éloigner par exemple. Le mot d’ordre: rester calme.

Les conseils de l’expert si vous rencontrez une guêpe ou une abeille

On se fait plus souvent piquer par les guêpes, tout simplement parce qu’elles viennent nous embêter lorsqu’on mange, mais le venin d’abeille est plus allergène. Résultat, «dix à vingt personnes par an meurent de piqûres d’hyménoptères en France, dont neuf sur dix à cause d’une piqûre d’abeille», rappelle Quentin Rome.

Si l’on n’est pas allergique, une piqûre de guêpe est bénigne: la guêpe, contrairement à l’abeille, ne laisse pas son dard sous la peau et le venin qu’elle injecte peut être retiré avec un Aspivenin. Approcher la piqûre d’une source de chaleur dès les premières minutes peut aussi soulager la démangeaison. Pour les gens allergiques ou si vous êtes piqué sur les muqueuses (dans la bouche par exemple), c’est direction l’hôpital.

Dans le cas rare où une abeille pique, elle laisse une poche à venin à la surface de la peau. «On la voit bien, elle fait deux à trois millimètres et bouge à la surface de la peau, explique Quentin Rome. Il faut l’enlever mais surtout ne pas la faire éclater, donc oubliez la pince à épiler.»

Si le coup de torchon vous démange toujours, n’oubliez pas que les guêpes ont un rôle de régulateur naturel très important car elles mangent les plus petits insectes, et que les abeilles sont les indispensables pollinisateurs de nombreuses plantes que nous mangeons.