Le macaque à longue queue en danger d'extinction

ANIMAUX La déforestation et le trafic pourraient faire disparaître cette espèce de singe...

© 2011 AFP

— 

Des macaques japonais se baignent dans les eaux chaudes à Hakodate sur l'île d'Hokkaido, le 15 décembre 2010.
Des macaques japonais se baignent dans les eaux chaudes à Hakodate sur l'île d'Hokkaido, le 15 décembre 2010. — KYODO / REUTERS

Le macaque à longue queue est menacé d'extinction en raison de la forte augmentation des captures de ce singe qui est également victime de la destruction de son habitat naturel dans les forêts d'Asie du Sud-Est, ont averti vendredi des ONG. Le commerce de macaques à longue queue a plus que doublé au cours de la deuxième moitié des années 2000, a affirmé Species Survival Network (SSN), qui rassemble plus de 80 organisations actives dans la protection des espèces animales.

En remèdes ou en mets, le macaque a du succès

Entre 2004 et 2008, les trafiquants ont vendu plus de 260.000 macaques à longue queue contre environ 120.000 entre 1999 et 2003, selon les estimations du groupe. Ces singes sont recherchés pour servir de remèdes ou de mets, ainsi que pour approvisionner des laboratoires médicaux ou d'expérimentation. Le commerce et l'élevage en captivité sont ainsi devenus une industrie lucrative dans plusieurs pays d'Asie du Sud-Est comme le Cambodge, l'Indonésie, les Philippines ou le Vietnam.

«Le macaque à longue queue est devenu le mammifère le plus vendu parmi les espèces répertoriées par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES)», a affirmé Ian Redmond, président du groupe de travail sur les primates au SSN. «Nos recherches soulèvent des interrogations alarmantes sur la viabilité à long terme des populations concernées si le commerce était autorisé à continuer à de tels niveaux», a-t-il ajouté dans un communiqué.

Le macaque à longue queue, ou crabier, qui pèse de 3 à 7 kg pour une hauteur de 40 à 60 cm, doit par ailleurs faire face à la réduction de ses zones d'habitat naturelles à cause de l'activité humaine, selon lui.