La «capitale verte» montre l'exemple

ENVIRONNEMENT Hambourg, à qui Nantes succèdera en 2013, est à l'origine du Train of Ideas qui parcourt l'Europe pour exposer la Capitale verte européenne...

A Hambourg, Audrey Chauvet

— 

Des éoliennes ont été dressées sur une ancienne décharge de Hambourg, coincée sur une île fluviale de l'Elbe.
Des éoliennes ont été dressées sur une ancienne décharge de Hambourg, coincée sur une île fluviale de l'Elbe. — Ville de Hambourg

Ce week-end, le «Train of Ideas» faisait escale en gare de Nantes. On pouvait y voir une centaine de projets exemplaires en matière d'environnement, portés par des villes européennes. L'exposition a été impulsée par Hambourg (Allemagne), élue «capitale verte européenne» pour 2011, un titre que revendiquera Nantes en 2013. Cette ville-région de près de 5 millions d'habitants déploie tous ses efforts pour verdir son immense port de commerce: depuis 1990, les émissions de CO2 y ont été réduites de 15 % et la ville compte atteindre - 40 % en 2020.

Les espaces verts représentent près de 17% de l'agglomération

Dans le train «S-Bahn» qui mène au centre-ville, on remarque déjà de nombreux jardins et potagers: les espaces verts représentent 16,7% de l'agglomération. Les canaux et le grand plan d'eau en plein cœur de la ville sont parcourus par des bateaux à hydrogène, qui n'émettent pas de CO2. La société hySolutions a étendu cette technique à six bus à moteur hybride qui sillonnent Hambourg: «Les usagers apprécient car c'est silencieux et confortable», explique Britta Kampmann, représentante de hySolutions.

La révolution énergétique a déjà eu lieu

Le «S-Bahn», lui, peut se targuer de rouler totalement à l'électricité verte. Car la révolution énergétique a déjà eu lieu à Hambourg: depuis 2007, un organisme public, Hamburg Energie, fournit la région en électricité 100% renouvelable et locale, sans charbon ni nucléaire. Les éoliennes et les panneaux solaires fleurissent dans la ville, comme sur la colline de l'île Wilhelmsburg où l'ancienne décharge, dont les fuites avaient contaminé les sols dans les années 1970, a été transformée en un site propre dédié à la production d'électricité. En 2013, cette colline alimentera les 55.000 habitants de l'île, quartier défavorisé oublié entre deux bras de l'Elbe.
Sur l'autre rive, les bobos assistent à la renaissance des anciens docks: ils se changent en un éco-quartier qui émettra seulement un tiers du CO2 d'une ville classique. Hafen City mixe habitations, bureaux et commerces, chacun disposant de sa propre source d'énergie. Le WWF et Greenpeace y ont déjà leurs sièges et seront bientôt rejoints par 300 entreprises et 12.000 résidents. Sans oublier les 2.700 arbres qui rendront le quartier encore plus vert.