L'éolien en mer en France n'en est qu'à ses débuts

ENERGIE Le premier appel d'offres a été présenté lundi et le second est déjà en préparation...

A.C.

— 

Des éoliennes dans la vallée du Rhône
Des éoliennes dans la vallée du Rhône — REUTERS/J.-P. PELISSIER

Le ministère de l’Ecologie vient à peine de présenter, ce lundi, le premier appel d’offres pour l’installation d’éoliennes en mer au large des côtes françaises qu’un second appel est déjà annoncé pour avril 2012. En complément des trois gigawatts qui devraient être fournis par les premières éoliennes, ce second programme permettra d’atteindre l’objectif fixé par le Grenelle de l’environnement de porter à 23%  la part des énergies renouvelables en France.

Début de la concertation pour de nouvelles zones d’implantation des éoliennes

Pour cela, la France doit se doter d’une capacité de production de 6 GW d’ici à 2020, soit 1.200 éoliennes. Les zones définies pour le premier appel d’offres ne seront pas concernées par le second, pour lequel de nouvelles côtes pourront faire acte de candidature. Le début du processus de concertation sur la définition de ces zones, mené au niveau des préfets, a été annoncé lundi par Nathalie Kosciusko-Morizet et le ministre chargé de l’Energie, Eric Besson. «Au-delà de l’évolution de mix énergétique de la France, l’enjeu est de constituer une filière industrielle française et de conquérir une position de leader dans l’industrie des énergies éoliennes en mer, a déclaré la ministre de l’Ecologie. Plus de 10.000 emplois pourraient ainsi être créés à l’horizon 2020.»

Pour le premier appel d’offres, les entreprises seront sélectionnées sur trois critères: le prix d’achat de l’électricité proposé, la qualité du projet industriel et social ainsi que la prise en compte de l’environnement et des activités de pêche. La sélection aura lieu en avril 2012.