Le moustique vecteur du chikungunya dans le viseur

VIRUS Le point sur la présence du moustique-tigre dans le sud de la France...

20 Minutes Marseille

— 

Le virus du chikungunya est transmis par l'aedes albopictus ou moustique tigre.
Le virus du chikungunya est transmis par l'aedes albopictus ou moustique tigre. — F. DURAND / SIPA

Ce tigre-là ne mesure pas plus d'un centimètre mais il peut faire mal. Mercredi, la préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et l'Agence régionale de santé (ARS) ont fait le point sur la présence en région du moustique-tigre, l'un des vecteurs de maladies comme la dengue ou le chikungunya. Depuis 2004, la bête a en effet colonisé les Alpes-Maritimes, la Corse, le Var et les Bouches-du-Rhône. « L'expansion de ce phénomène ne doit pas être négligée », souligne Dominique Deroubaix, directeur général de l'ARS. Au 1er juillet, 139 cas suspects avaient été signalés depuis janvier sur la région, contre 76 l'an dernier. « Mais six cas seulement [5 de chikungunya, un de dengue] ont été confirmés alors que l'an dernier à la même date, on en était à 32 », nuance le directeur.

Des actions simples pour éviter sa prolifération

Depuis le 1er mai, une surveillance renforcée des populations de moustiques a été mise en place sur la région. Côté humains, les médecins ont l'obligation d'informer les autorités sanitaires de tout cas de maladie avérée. Pour éviter la prolifération du moustique-tigre, des pièges ont été posés et les autorités misent beaucoup sur la sensibilisation du public. Première action simple à mener: traquer les eaux stagnantes, comme dans les coupelles des plantes, et se protéger contre les piqûres, surtout les plus jeunes.