Technologie verte: Près de 2.000 milliards d'euros par an seront nécessaires selon les Nations unies

TECHNOLOGIE La moitié des investissements devrait aller vers les pays en développement...

© 2011 AFP

— 

La centrale est composée de 7.600 modules solaires voltaïques qui  couvrent 12.000 mètres carrés de toiture, ce qui en fait une des plus  importantes installations solaires en service en France. La production  d'électricité de cette installation sera de 1.700.000 Kw/h par an et  revendue à EDF pour alimenter la consommation annuelle d'environ 600  foyers.
La centrale est composée de 7.600 modules solaires voltaïques qui couvrent 12.000 mètres carrés de toiture, ce qui en fait une des plus importantes installations solaires en service en France. La production d'électricité de cette installation sera de 1.700.000 Kw/h par an et revendue à EDF pour alimenter la consommation annuelle d'environ 600 foyers. — AFP PHOTO/ RICHARD BOUHET

Les Nations unies estiment qu'il faudra investir 1.900 milliards de dollars (1.300 milliards d'euros) par an dans les technologies vertes ces quarante prochaines années, dont la moitié dans les pays en développement, selon une étude publié mardi. «Au cours des 40 prochaines années, 1.900 milliards de dollars par an seront nécessaires pour des investissements progressifs dans les technologies vertes», indique le rapport du Département des Affaires économiques et sociales des Nations unies (DESA). «Une moitié au moins (1.100 milliards de dollars par an) des investissements requis devront être faits dans les pays en développement pour satisfaire à leurs besoins alimentaires et énergétiques en croissance rapide par l’application de technologies vertes», poursuit-il.

La «transition énergétique» aussi pour les pays du Sud

Ces investissements sont nécessaires, selon les Nations unies, pour que les habitants des pays en développement, en particulier ceux qui vivent dans une extrême pauvreté, accèdent à un «niveau de vie décent». Le rapport reconnaît que l’engagement énoncé dans l’Accord de Copenhague (2009) de mobiliser 30 milliards de dollars entre 2010 et 2012 et 100 milliards par an d’ici à 2020 en transferts à destination des pays en développement constitue un pas dans la bonne direction. Mais, estiment les auteurs de l'étude, il faudra accélérer la mise en oeuvre de cet engagement et augmenter les ressources à la disposition des pays en développement pour que ceux-ci soient en mesure de relever le défi de la «transition énergétique».

«Ce rapport montre quelle devra être l’ampleur du progrès technologique pour assurer un avenir dont chacun tire bénéfice tout en protégeant notre planète», a déclaré Sha Zukang, Secrétaire général adjoint des Nations unies, cité dans un communiqué. Les Nations unies insistent particulièrement sur la nécessité de mettre en place une révolution «véritablement verte» dans l'agriculture pour faire face aux besoins grandissants de la population tout en protégeant l'environnement. Elle recommande ainsi d'employer des méthodes de culture comportant un moindre gaspillage des ressources en eau et une moindre utilisation des produits chimiques et des pesticides à l’origine de la dégradation des sols.