Réchauffement: Des climatologues cibles de menaces de mort

ENVIRONNEMENT Aux Etats-Unis et en Australie, certains auraient été victimes de harcèlement par courriers électroniques...

Céline Masfrand

— 

La baie des oiseaux en Antarctique, le 9 mars 2008.
La baie des oiseaux en Antarctique, le 9 mars 2008. — CHINE NOUVELLE/SIPA

 Les résultats scientifiques ne font pas toujours l’unanimité. Une importante association américaine pour la promotion de la science (AAAS) a manifesté son inquiétude mercredi dans une lettre ouverte faisant l’état d’attaques personnelles et de menaces de morts, dont auraient été victimes des climatologues australiens, rapporte l’AFP.

«Cibles de propos menaçants et de courriers électroniques injurieux (…)»

Harassés par des courriers électroniques injurieux, les chercheurs en question, des climatologues australiens de «haut niveau»,  auraient été la «cible de propos menaçants», et ce, de manière répétitive, selon l’AFP. Le harcèlement aurait même été plus loin puisque les scientifiques concernés auraient  reçu des menaces de mort, obligeant la police à prendre ces courriers plus au sérieux.

L’objet de ce harcèlement? Des travaux que les scientifiques auraient mené sur l’«impact du réchauffement climatique résultant des activités humaines». Les résultats de cette étude ne seraient apparemment pas du goût de tous.

Même rengaine aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, le statut confidentiel de chercheur ne serait pas non plus réellement respecté puisque «des élus du Congrès et des groupes de militants ont cherché à avoir accès à des dossiers détaillés de chercheurs travaillant sur le climat», selon l’AFP.

Selon l’AAAS, l’Americain Tradition Institut (ATI), un organisme réputé pour son ultra-conservatisme, aurait sollicité l’Université de Virginie pour qu’elle lui fournisse des documents et des rapports d’études. Rapports d’études rédigés par Michael Mann, qui n’est autre qu’un ancien professeur de l’université, et, accessoirement, un grand ponte de la climatologie.

Remise en cause de «l’intégrité personnelle et professionnelle»

Ces menaces «créent un environnement hostile qui empêche le libre échange de résultats scientifiques et rend difficile la transmission d'informations aux décideurs et au grand public», indiquent des membres du conseil d'administration de l'AAAS dans leur lettre ouverte. Ils «s'opposent vigoureusement aux attaques qui visent des chercheurs et mettent en question leur intégrité personnelle et professionnelle ou les menacent en raison du mécontentement suscité par leurs conclusions scientifiques».

Avant de conclure fermement en précisant que «les scientifiques et les décideurs politiques peuvent être en désaccord sur des conclusions scientifiques concernant le changement climatique (...), mais la communauté scientifique dispose de méthodes éprouvées et bien établies pour résoudre des désaccords suscités par les résultats de recherche».