La France va revoir la délimitation de son domaine maritime, annonce Fillon

MER Le Premier ministre a annoncé cinq priorités concernant le domaine maritime français, notamment sa volonté de promouvoir l'exploitation des grands fonds marins...

© 2011 AFP

— 

De fortes rafales de vent jusqu'à 100 km/heure sont attendues dans l'ouest et les régions du nord jeudi après-midi et dans la nuit de jeudi à vendredi, a annoncé Météo France jeudi.
De fortes rafales de vent jusqu'à 100 km/heure sont attendues dans l'ouest et les régions du nord jeudi après-midi et dans la nuit de jeudi à vendredi, a annoncé Météo France jeudi. — Andre Durand AFP/Archives

François Fillon a annoncé vendredi une refonte de la délimitation du domaine maritime de la France, afin de renforcer sa protection juridique, au terme d'un Comité interministériel de la mer (Cimer) qui s'est aussi penché sur l'exploitation des grands fonds.

«Il était opportun (...) de consacrer la politique maritime de la France» à Guérande (Loire-Atlantique), a déclaré dans un discours M. Fillon, qui a profité de ce premier Cimer décentralisé pour visiter les marais salants de la commune. Tenu en présence des ministres concernés -Nathalie Kosciusko-Morizet (Ecologie), Marie-Luce Penchard (Outre-mer), Bruno Le Maire (Agriculture), Thierry Mariani (Transports) et Eric Besson (Energie)-, ce comité «a permis de conforter des mesures déjà engagées et de franchir des étapes dans des domaines nouveaux», a assuré le Premier ministre.

Cinq priorités pour 2011 et 2012 ont été arrêtées, a-t-il fait valoir. Parmi celles-ci figurent la lutte contre les trafics illicites -particulièrement contre le narcotrafic- et celles contre les pollutions en mer et pour la préservation des aires maritimes protégées. Depuis début 2011, «7,5 tonnes de cocaïne et 675 kg de cannabis ont été saisis (...) contre 2,6 tonnes tous produits confondus en 2010», a notamment souligné M. Fillon.

Autre priorité définie par le Cimer: la totale remise à plat de la délimitation du domaine maritime de la France, aussi bien en métropole qu'Outre-mer. Alors que la France possède le deuxième espace maritime du monde, avec 11 millions de kilomètres carrés, «notre réglementation a besoin d'être modernisée et certains espaces (...) d'être délimités avec plus de précision», a avancé M. Fillon. Selon les conclusions du Cimer, cette démarche doit permettre de «sécuriser les limites des espaces» sur lesquels la France «assumera ses devoirs et exercera ses droits souverains, notamment vis-à-vis des Etats tiers».

Exploiter les amas sulfurés pour le domaine de la haute technologie

Le Premier ministre a par ailleurs mis l'accent sur la volonté du gouvernement de promouvoir l'exploitation des grands fonds marins. «Les ressources minérales profondes vont devenir un enjeu majeur. La France et l'Europe doivent se positionner rapidement», a proclamé M. Fillon, assurant qu'une «stratégie nationale» en la matière serait arrêtée d'ici fin 2011.

Il a abordé en particulier la question des amas sulfurés, minerais qui peuvent être utilisés dans le domaine des hautes technologies. «La Chine et la Russie ont déjà déposé une demande de permis d'exploration relatif aux amas sulfurés auprès de l'Autorité internationale des fonds marins (AIFM). Bientôt nous allons pouvoir le faire à notre tour», a-t-il indiqué. Il a également annoncé qu'une deuxième campagne d'exploration, à Wallis-et-Futuna, serait engagée «au plus tard en 2012», avec le souci d'intégrer «le plus en amont possible les problématiques environnementales».

Soucieux d'afficher la cohérence de l'action gouvernementale, François Fillon a signalé qu'il présiderait à la rentrée le premier Conseil national de la mer et des littoraux, dont le décret de création est paru ce vendredi et qui prend la suite du seul Conseil du littoral. «La moitié de ses membres seront des élus du littoral», a-t-il promis.