La consommation d'énergie de la Chine a dépassé celle des Etats-Unis

© 2011 AFP

— 

La consommation d'énergie en Chine a dépassé pour la première fois celle des Etats-Unis en 2010, année également marquée par le plus fort bond depuis près de quarante ans de la consommation énergétique mondiale, selon le rapport annuel sur l'énergie publié mercredi par BP.

D'après les données récoltées par le groupe pétrolier britannique, la consommation totale d'énergie a crû de 5,6% l'an dernier dans le monde, la plus forte progression enregistrée depuis 1973, grâce au rebond de l'économie planétaire après la récession entraînée par la crise financière.

Forte augmentation de la demande en énergie

Selon l'étude, la 60e réalisée par le groupe, la demande a augmenté fortement pour toutes les formes d'énergie et dans toutes les régions, et la consommation d'énergie mondiale, qui avait exceptionnellement reculé en 2009 en raison de la crise, a dépassé «aisément» son pic de 2008.

Mais «l'augmentation de la consommation d'énergies fossiles suggère que les émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2) ont augmenté au rythme le plus élevé depuis 1969», observe également BP.

Le groupe souligne que ce rebond a été alimenté tant par les pays développés qu'émergents. Mais la croissance a été bien supérieure dans ces derniers.

Le pétrole reste l'enrgie la plus consommée

La demande chinoise d'énergie a ainsi grimpé de 11,2%, ravissant aux Etats-Unis -dont la demande a progressé de 3,7% dans le même temps- le titre de pays le plus énergivore de la planète. La Chine a englouti à elle seule plus d'un cinquième de l'énergie consommée l'an dernier dans le monde.

Le pétrole est restée l'énergie la plus consommée, mais continue à perdre du terrain face aux autres sources (gaz, charbon, nucléaire, hydroélectricité et énergies renouvelables), relève par ailleurs BP : l'or noir a en effet couvert l'an dernier 33,6% de la demande mondiale d'énergie, un taux en baisse constante depuis 11 ans.

La demande pétrolière a augmenté de 3,1%, soit 2,7 millions de barils par jour (mb/j), à 87,4 mb/j. Près d'un tiers de cette progression (860.000 bpj) est le fait de la Chine. La production mondiale d'or noir a progressé beaucoup moins vite (+2,2% à 82,1 mb/j).

Parallèlement, les réserves prouvées de pétrole de la planète, qui avaient stagné en 2009, ont augmenté de 0,5% l'an dernier à 1.383 milliards de barils, de quoi assurer une production à un niveau identique pendant 46,2 ans.