L'Ademe livre son palmarès des véhicules les moins polluants

POLLUTION L'Ademe a dévoilé ce mercredi le classement des véhicules les moins polluants. L'Agence de l'environnement souligne une nette baisse des émissions des véhicules neufs par rapport à il y a dix ans. La France est plutôt bonne élève, mais subit encore les conséquences d'un trop grand nombre de véhicules Diesel…

Mickaël Bosredon

— 

La Prius de Toyota, le 5 mars 2010
La Prius de Toyota, le 5 mars 2010 — T.HANAI/REUTERS

L’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a dévoilé ce mercredi son classement annuel des véhicules les moins polluants. Chez les Essences , sans surprise ce sont les Toyota Auris hybride et Prius qui arrivent en tête, avec une émission de 89g de CO2 par kilomètre, devant la Fiat 500 TwinAir (92 g/km). Toyota, Fiat, et Smart dans sa version ForTwo raflent les neuf premières places, les premiers véhicules français ne pointent, eux, qu’à la dixième place avec la Citroën C1 1.0i et la Peugeot 107 1.0 e(103 g/km).

Dans la catégorie Diesel, la Smart ForTwo cabrio et coupé CDI arrive en tête (86 g/km), devant la Seat Ibiza 1.2 TDI, la Skoda Fabia 1.2 TDI, et la Nouvelle polo 1.2 TDI  (89 g/km). La Renault Twingo dCi 75 se place quatrième (94 g/km).

Six constructeurs se situent déjà en dessous des 130 g de CO2/km

Il s’agit de la dixième édition de ce «car labelling». «En dix ans, nous avons pu constater une nette amélioration des émissions des véhicules» analyse Patrick Coroller, chef du service Transports et mobilité à l’Ademe. «En 2002 le meilleur véhicule essence affichait une émission de 118 g/km. Aujourd’hui 80% des véhicules vendus en France se situent en classe verte A,B ou C, soit moins de 140 g/km, contre 29% en 2002.» Six constructeurs disposent déjà d’un parc automobile émettant en moyenne moins de 130 g/km, objectif de la réglementation européenne pour 2015 : Fiat, Toyota, PSA, Renault, Ford et General Motors.

Au classement européen des pays qui émettent le moins de Co2 par kilomètre, la France se classe deuxième (130 g/km) derrière le Portugal (129 g/km), loin devant l’Allemagne (152 g/km), le Luxembourg (150 g/km) et l’Autriche (146 g/km), «des pays qui privilégient les grosses berlines par rapport aux pays méditérranéens» estime Patrick Coroller. La France a régulièrement abaissé ses émissions de CO2 ces dernières années: elles étaient encore de 156 g/km en 2000.

La France bien classée pour le CO2, mais poursuivie par l’Europe pour ses émissions de particules et NoX

Mais tout n’est pas rose puisque concernant les polluants locaux (NoX et particules) la France est poursuivie depuis le mois de mai dernier par la Cour de Justice européenne pour non-respect des valeurs limites de particules, sur une quinzaine d’agglomérations. Le trafic est responsable pour près d’un tiers des émissions de particules. Le parc de véhicules Diesel français est en partie responsable. Problème: les ventes des Diesel n’arrivent pas à baisser (+0,4% en 2010) et représentent toujours 64% de l’ensemble des ventes de véhicules en avril 2011. «Peut-être que les Français se disent qu’il faut aller vers le carburant le moins cher. Mais nous estimons qu’à moins de 10.000 km/an, le Diesel n’est pas pertinent». Le taux de diésélisation du pays, de 40% en 1998, a atteint 71% en 2010. Le véhicule GPL, qui avait connu un joli rebond en 2010 (+ 3,4% de ventes) s’effondre en 2011 (- 54%), du fait de la fin de la prime à l’achat de 2.000 €.

Alléger les véhicules, améliorer les motorisations grâce à l’injection directe pour les voitures essence, et à l’installation de réservoirs d’urée sur les diesel, doivent permettre d’abaisser encore ces émissions. Les élus se sont également emparés du sujet. Dans le cadre du Grenelle de l’Environnement, huit collectivités planchent actuellement sur la mise en place de Zapa (Zones d’action prioritaire pour l’air) en 2012, des périmètres en centre-ville où la circulation de certains véhicules pourraient être interdite ou restreinte. Des collectivités qui ne se montrent pas très emballées à l’idée d’interdire les voitures les plus anciennes. Elles pourraient plutôt privilégier l’amélioration des livraisons en centre-ville.  Il y aurait en France entre 6 et 8 millions de véhicules de plus de 15 ans.

Joëlle Collosio, chef du service Qualité de l’air à l’Ademe, rappelle que la pollution atmosphérique est responsable de 42.000 morts prématurés par an en France.