Et si l'avenir du climat passait par les cuisines?

JOURNEE MONDIALE DE L'ENVIRONNEMENT Les réchauds à bois ou à charbon sont responsables d'une grande partie du carbone «noir», une suie qui contribue au réchauffement climatique...

A.C.

— 

Un cuisinier indien prépare un repas avec un réchaud à charbon dans un restaurant de Mumbai, en Inde, en juillet 2007.
Un cuisinier indien prépare un repas avec un réchaud à charbon dans un restaurant de Mumbai, en Inde, en juillet 2007. — RAJESH NIRGUDE/AP/SIPA

Des milliards de personnes les utilisent tous les jours sans se douter de leur impact sur le climat: les trois milliards de cuisinières et réchauds à bois ou à charbon dans le monde sont responsables d’un quart des émissions de «carbone noir» dans le monde. Pour lutter contre ces émissions de suie, qui contribuent au réchauffement climatique, et  contre la coupe excessive de bois causée par des réchauds peu efficaces, le Programme des Nations unies pour l’environnement (Unep) s’est associé à la Global Alliance for Clean Cook Stoves dont l’objectif est de remplacer un maximum de cuisinières polluantes par des équipements plus modernes.

Le carbone «noir», coupable de réchauffer le climat

«On estime que les réchauds inefficaces  sont responsables de 25% des émissions de carbone noir, des particules semblables à de la suie, dont 40% sont liés à la combustion du bois», explique Achim Steiner, directeur général de l’Unep. «Et ce carbone serait responsable de 10 à 40% du réchauffement climatique», précise-t-il.

Des solutions simples existent pour améliorer l’efficacité énergétique des cuisinières. Au Ghana, un programme de soutien et de financement d’une petite entreprise, Toyola, a permis de produire des réchauds utilisant 40% de bois en moins. La Global Alliance a apporté 270.000 dollars (187.000 euros) aux entrepreneurs de la banlieue d’Accra et en cinq ans, les ventes de réchauds sont passées de 3.000 à 35.000 unités. «En 2010, l’entreprise avait équipé 50.000 foyers au Ghana et a étendu son marché aux pays voisins», explique Achim Steiner.

Des réchauds solaires pour tous

Un bénéfice pour l’environnement, avec 15.000 tonnes de CO2 évitées, mais aussi pour la santé des marmitons:  l’Unep estime que près de 1,8 million de morts prématurées par an dans le monde sont liées à l’inhalation de suies issues des cuisinières.

Des aides financières sont également proposées aux populations les plus pauvres pour faire marcher leur réchaud à l’énergie solaire. Entre 2003 et 2008, plus de 100.000 cuisinières ont été équipées de panneaux solaires, notamment en Inde et au Bangladesh, où la Grameen Bank accorde des micro-prêts aux familles souhaitant améliorer l’efficacité énergétique de leurs réchauds.  

 >> Retrouvez les idées d’actions pour la Journée mondiale de l’environnement.