Vingt anciens hommes d'Etat alertent contre une «crise de l'eau»

EAU Parmi eux, Bill Clinton a demandé que l'accès à l'eau soit une priorité pour les gouvernements actuels...

© 2011 AFP

— 

Bill Clinton lors d'une conférence à Taïwan le 14 novembre 2010
Bill Clinton lors d'une conférence à Taïwan le 14 novembre 2010 — AP / SIPA

Il n’est pas trop tard pour agir: vingt anciens hommes d'Etat, dont l'ex-président américain Bill Clinton, ont mis en garde mardi à Québec contre une «crise de l'eau» qui menace le monde et lancé un appel en faveur d'une «éthique internationale» dans ce domaine. Les membres du Conseil InterAction, dont les anciens présidents mexicains Vicente Fox et Ernesto Zedillo, et les anciens Premier ministre japonais Yasuo Fukuda et chancelier autrichien Franz Vranitsky, ont estimé que «le leadership international en matière d'eau était virtuellement inexistant» et ont annoncé la création d'un «panel» pour y remédier.

L’eau en tête de l’agenda politique mondial

A l'issue de leur réunion de trois jours, ils ont adressé 21 recommandations aux dirigeants politiques actuels, demandant en particulier que «l'eau soit placée en tête de l'ordre du jour politique mondial». Ils proposent aussi qu'un lien soit établi entre la recherche sur le changement climatique et les problèmes de l'eau, que «le droit à l'eau» soit imposé par la loi, et enfin l'augmentation du prix de l'eau pour refléter sa valeur économique.

Dans les régions où l'eau est rationnée, on devrait donner la priorité à la production alimentaire et non à celle de biocarburants, ajoutent-ils. Le Québec, où pourtant l'eau ne manque pas, est une région particulièrement sensible aux questions touchant à ce bien universel. Le touriste de l'espace québécois Guy Laliberté avait profité de son séjour à bord de la Station spatiale internationale en octobre 2009 pour lancer un plaidoyer pour l'eau.