La production française d'électricité affectée par la sécheresse

SECHERESSE La production d'hydroélectricité est en diminution mais les réacteurs nucléaires ne sont pas menacés, assure le ministère de l'Energie...

avec Reuters

— 

A cause de la sécheresse, la terre est craquelée à certains endroits, comme ici près d'Ancenis en Loire Atlantique, le 22 mai 2011.
A cause de la sécheresse, la terre est craquelée à certains endroits, comme ici près d'Ancenis en Loire Atlantique, le 22 mai 2011. — JS EVRARD/SIPA

La France manquera-t-elle d’énergie cet été? Une cellule de veille sur l’approvisionnement en électricité a été activée jeudi en raison de la sécheresse exceptionnelle, qui entraîne notamment une diminution de la production hydroélectrique. Cette cellule réunit les administrations compétentes en matière d'énergie et RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité. Elle aura pour mission de «rendre compte au gouvernement de l'évolution de la sécurité d'approvisionnement électrique en fonction des moyens de production disponibles et de l'évolution de la demande».

Anticiper les pénuries d’eau pour le refroidissement des centrales

«La sécheresse en cours conduit à des débits inférieurs à la normale dans de nombreux cours d'eau, ce qui entraîne une diminution de la production hydroélectrique, et touche également les moyens nucléaires et thermiques qui sont refroidis par ces cours d'eau», explique le ministère de l'Energie dans un communiqué.

Toutefois, ces circonstances climatiques exceptionnelles ne sont pas un sujet d’inquiétude pour la sûreté nucléaire, assure le ministère: «Une éventuelle pénurie d'eau ne survient pas soudainement et peut être anticipée, et les besoins de refroidissement d'un réacteur nucléaire à l'arrêt sont très faibles», indique-t-il.


Une sécheresse digne d’un mois de juillet

Quarante-sept départements sont concernés par un arrêté préfectoral limitant l'usage de l'eau et cinq sont en vigilance, selon le ministère de l'Ecologie. Selon un bilan de Météo France au 16 mai, «une grande partie de la France connaît des niveaux de sécheresse des sols superficiels jamais atteints à cette date au cours des cinquante dernières années. Ces niveaux correspondent sur de nombreuses régions à ceux normalement observés en juillet».