Gaz de schiste: Le Sénat adopte en commission la proposition de loi interdisant son exploitation

ÉNERGIE ais «des projets à des fins scientifiques» sont possibles...

© 2011 AFP

— 

Gros plan de blocs de schiste, le 05 décembre 2007, après leur extraction dans les ardoisières d'Angers à Trélazé.
Gros plan de blocs de schiste, le 05 décembre 2007, après leur extraction dans les ardoisières d'Angers à Trélazé. — AFP PHOTO ALAIN JOCARD

Le Sénat a adopté mercredi en commission la proposition de loi interdisant la technique décriée de la fracturation hydraulique pour explorer et exploiter les gaz et huiles de schiste et précisé que serait possible «des projets à des fins scientifiques». Le Sénat doit examiner ce texte le 1er juin.

>> La carte des gaz de schiste en France est à voir par ici

La commission de l'économie a adopté trois amendements du groupe Union centriste (UC), dont un «approuve la réalisation, après enquête publique, de projets à des fins scientifiques pour évaluer la technique de la fracturation hydraulique ou des techniques alternatives». Le texte adopté à l'Assemblée indiquait qu'un rapport remis au Parlement étudierait «les conditions de mise en oeuvre» de telles expérimentations.

Création d'une commission sur le sujet

Le Sénat a également institué «une commission nationale chargée de l'orientation, du suivi et de l'évaluation des techniques d'exploration et d'exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux, qui réunira des représentants de l'État, des collectivités territoriales, des associations, des salariés et des responsables des entreprises concernées», selon le communiqué de la commission.

Celle-ci a approuvé le principe de l'interdiction de la fracturation hydraulique et «l'abrogation des permis exclusifs de recherches dont le titulaire prévoirait d'y avoir recours». Telle qu'adoptée par l'Assemblée, la proposition de loi de Christian Jacob n'avait pas calmé les opposants au gaz de schiste, notamment sur la question de l'abrogation des permis.