Le G8 des éléphants voit le jour à New Delhi

BIODIVERSITE Pour enrayer la disparition des pachydermes, huit pays se sont réunis dans un groupe de travail...

A.C.
— 
Eléphants dans le Masai Mara, au Kenya.
Eléphants dans le Masai Mara, au Kenya. — SUPERSTOCK/SIPA

Pour protéger les éléphants, menacés de disparition à cause du braconnage et de la destruction de leurs milieux naturels, les huit pays qui abritent la majorité de la population des pachydermes dans le monde se sont réunis mardi à New Delhi pour créer le Elephant-8. Ce groupe de spécialistes, réunissant l’Inde, le Botswana, le Congo, l’Indonésie, le Kenya, le Sri Lanka, la Tanzanie et la Thaïlande, va travailler sur des mesures de protection des éléphants.

«Les délégués présents représentent les deux-tiers de la population d'éléphants sauvages de la planète», a indiqué le ministre indien de l'Environnement, Jairam Ramesh, cité par l’AFP. «Du braconnage pour leur ivoire à la destruction de leur habitat, toutes les questions concernant la protection de l'éléphant doivent être abordées», a-t-il ajouté.

Les éléphants sauvages sont de plus en plus rares dans le monde: les éléphants d’Asie et d’Inde sont considérés «menacés» par l’UICN, l’éléphant d’Afrique étant lui classé «vulnérable». Victimes du braconnage, en particulier pour l’ivoire de leurs défenses, le nombre d’éléphant décline particulièrement en Asie.