La canette est éternelle, à condition de bien la jeter

RECYCLAGE Les fabricants de canettes de sodas et bières s'associent pour améliorer leur taux de recyclage en France...

Audrey Chauvet

— 

Des canettes en aluminium compactées sont entreposées au centre de traitement des déchets recyclables de la sociéte Astria, le 1er octobre 2008 à Bègles.
Des canettes en aluminium compactées sont entreposées au centre de traitement des déchets recyclables de la sociéte Astria, le 1er octobre 2008 à Bègles. — AFP PHOTO JEAN PIERRE MULLER

La canette que vous achetez aujourd’hui pourrait bien être faite du même métal que celle que vous avez jetée il y a deux mois. Mais seulement si vous l’avez correctement triée: en France, deux canettes sur trois sont recyclées, un chiffre satisfaisant mais encore insuffisant pour les producteurs d’emballages qui se sont réunis au sein du groupement d’intérêt économique (GIE) «La boite boisson». Avec l’opération «Chaque canette compte», lancée en mai, ils souhaitent atteindre 75% de canettes recyclées et maximiser la réutilisation de l’acier ou de l’aluminium, naturellement recyclables à l’infini. 

Economiser du CO2, de l’énergie et des matières premières

3,9 milliards de canettes ont été mises sur le marché français en 2010: autant dire que le gisement de métal recyclable est énorme.  Mais la perception que les Français ont de la canette lui porte préjudice: selon les résultats du premier Observatoire de la canette, présentés par La boite boisson, 67% des personnes interrogées estiment qu’il ne s’agit pas d’un conditionnement respectueux de l’environnement et deux Français sur trois ne savent pas que les canettes se recyclent à l’infini. Résultat: les canettes finissent encore trop souvent dans la poubelle des ordures ménagères, alors qu’elles doivent être jetées avec les cartons et les plastiques, dans la poubelle des déchets recyclables.

«Une canette se recycle sans perdre ses qualités originelles, explique Alain Preham, président de La boite boisson. Il faut soixante jours maximum pour qu’une canette soit remise en rayon.» En associant les fabricants d’acier et d’aluminium aux producteurs d’emballages, le GIE veut faciliter la récupération des canettes et permettre des économies substantielles en termes d’énergie consommée, de CO2 rejeté et de ressources naturelles non exploitées. «Une tonne d’aluminium recyclée, c’est quatre tonnes de bauxite non extraites, neuf tonnes de CO2 évitées et 95% de l’énergie nécessaire à la production du métal primaire économisée», précise Alain Preham.

Les 24 heures de la collecte de canettes

Avec l’opération «Chaque canette compte», le GIE espère atteindre 75% de canettes recyclées en France. Après une phase de test dans le Nord, le programme va être élargi à toute la France. Des kits complets de recyclage, collecteurs, affichettes et stickers, sont fournis aux adhérents de l’opération, qui sont alors mis en relation avec les réseaux de collecte privés ou associatifs. Dans la région de Lille-Dunkerque, déjà 135 adhérents, parmi lesquels des établissements scolaires et des supermarchés, ont installé des bacs pour collecter les canettes.

Une opération spéciale sera menée pendant les 24 heures du Mans, les 11 et 12 juin prochains. Un défi «à la Jack Bauer» blague Sylvain Jungfer, délégué général de La Boite boisson: «Notre objectif est de collecter 24.000 canettes en 24 heures». Mais attention à ne pas écraser la canette et à ne pas oublier la languette d’ouverture: les trop petits éléments passent au travers des tamis des centres de tri des déchets et finissent incinérés. Une autre mission pour La boite boisson: travailler avec le Celaa, le club du recyclage de l’emballage léger en aluminium et en acier, pour équiper les centres de tri en courant de Foucault qui permettra de récupérer ce gisement.