Les jardins de Chaumont-sur-Loire célèbrent la biodiversité heureuse

EVENEMENT Le festival international des jardins a été inauguré jeudi. Les créations artistico-botaniques sur le thème de la biodiversité sont à découvrir tout l'été...

Audrey Chauvet
— 
Le château de Chaumont-sur-Loire accueille tous les étés le Festival international des jardins.
Le château de Chaumont-sur-Loire accueille tous les étés le Festival international des jardins. — DR

Abeilles, vers de terre, diversité et plantes disparues sont à l’honneur cette année à Chaumont-sur-Loire. Comme chaque année, le château de Diane de Poitiers, entre Blois et Amboise, se transforme le temps d’un été en un festival international des jardins rassemblant de jeunes paysagistes prometteurs. Pour l’édition 2011, ils ont planché sur le thème de la biodiversité «heureuse», une manière de redonner la parole aux plantes sur un thème souvent politique ou scientifique.

Du «Jardin des plantes disparues» à «La bibliothèque du souvenir»

«Nous avons voulu proposer, dénoncer et poétiser la biodiversité», explique Chantal Colleu-Dumond, directrice du Domaine et du Festival des jardins de Chaumont-sur-Loire. Proposer des jardins d’avenir, comme «Le jardin à la rue», composition qui revisite les trottoirs des grandes villes, ou «Lucy in the sky», qui propulse les fleurs sur les toits des gratte-ciels.

Mais la biodiversité est aussi un sujet de questionnement, comme le souligne le jardin d’Olivier Chardin: espèces endémiques, monoculture, plantes invasives… Autant de questions auxquelles les visiteurs pourront réfléchir devant le «Jardin des plantes disparues», impressionnant cimetière de fleurs éteintes, dont seules restent les étiquettes. Heureusement, un peu plus loin, on pourra retrouver les graines perdues dans «La bibliothèque du souvenir» et voir la nature se reconstituer petit à petit dans «Le laboratoire», qui met en scène l’unique rescapé d’un cataclysme recréant la flore et la faune.

Diversité des cultures

Sélectionnés par un jury présidé cette année par le botaniste et écologiste Jean-Marie Pelt, les paysagistes constituent eux-mêmes un patchwork de nationalités et d’inspirations: France, Espagne, Angleterre, Etats-Unis, Japon et Chine… Une diversité culturelle qui se reflète dans la variété des plantes et des mises en scène imaginées dans un espace de 25m2.

Présentés jusqu’au 16 octobre dans le parc du château, les quelque 25 jardins évolueront tout au long de la saison. Les tomates et les framboises de «La salle à manger» seront bientôt bonnes à déguster…

Toutes les informations pour se rendre à Chaumont-sur-Loire (à 2h en train de Paris): www.domaine-chaumont.fr