Le gouvernement veut développer le stockage géologique de CO2

ENVIRONNEMENT Capter le CO2 pour l'enfouir et ainsi diminuer les gaz à effet de serre est une solution d'avenir pour le gouvernement, qui lance un appel à manifestations d'intérêt pour développer des projets…

Mi.B.
— 
Usine de stockage de CO2 à Ketzin en Allemagne. L'usine enfouit du CO2 qui arrive d'une usine voisine par camions.
Usine de stockage de CO2 à Ketzin en Allemagne. L'usine enfouit du CO2 qui arrive d'une usine voisine par camions. — CLASSEN BERNHARD/SIPA

Stocker le CO2. C’est pour le ministère de l’Environnement «l’une des options de réduction des rejets dans l’atmosphère des gaz à effet de serre». L’idée «consiste à capter le CO2 émis en grande quantité lors de processus industriels pour le stocker dans le sous-sol et donc, l’isoler de l’atmosphère». Les ministères de l’Ecologie, de l’Economie et de la Recherche, ont lancé ce mardi un «appel à manifestations d’intérêt» dédié au captage, au transport, au stockage géologique et à la valorisation du dioxyde de carbone». Cette solution de captage de CO2 appliquée à certains secteurs de l’industrie pourrait permettre de réduire de 19% les émissions mondiales d’ici à 2050, assure encore le ministère de l’Environnement.

L’appel à manifestations, piloté par l’Ademe, doit contribuer à «diminuer le coût du captage de CO2», «valider la faisabilité technique du stockage géologique et de nouvelles voies de valorisation du CO2», «maîtriser les impacts environnementaux et sanitaires du captage, du transport, du stockage». Le montant définitif consacré à cet appel à manifestations d’intérêt dépendra «de la qualité des projets retenus». Mais il sera prélevé sur l’enveloppe budgétaire consacrée aux «démonstrateurs et plateformes technologiques en énergies renouvelables et décarbonées et chimie», qui est de 1,35 milliards d’euros.