58% des Français toujours favorables au nucléaire

ENERGIE Mais la popularité de cette énergie a baissé de huit points depuis Fukushima...

© 2011 AFP

— 

La centrale de Tricastin à Pierrelatte le 28 septembre 2010
La centrale de Tricastin à Pierrelatte le 28 septembre 2010 — FAYOLLE PASCAL/SIPA

Les Français se situent au sixième rang mondial des populations les plus favorables au nucléaire, mais la cote de popularité de cette industrie a chuté depuis l'accident de la centrale japonaise de Fukushima, selon un sondage BVA/Win-Gallup International réalisé pour France 2. Avec 58% d'opinions favorables au nucléaire, les Français se classent derrière les Chinois, en tête avec 70%, les Sud-Coréens (64%), les Nigérians (63%), les Bulgares et les Tchèques (61%), d'après cette étude effectuée dans 47 pays. La cote de popularité du nucléaire dans l'Hexagone était toutefois de 66% avant Fukushima, et accuse donc une baisse de 8 points en moyenne «comme partout dans le monde», note-t-elle.

Forte chute de popularité au Japon

Sans surprise, c'est au Japon que l'accident a eu le plus de répercussions dans l'opinion: les sondés n'y sont plus que 39% à se dire «favorables» au nucléaire, contre 62% auparavant, soit une chute de 23 points qui est la plus importante relevée par l'enquête. A l'échelle mondiale, les opposants au nucléaire sont les plus nombreux en Autriche (90%), devant la Grèce (89%) et la Géorgie (80%). L'Italie pointe au dixième rang (75%), devant l'Allemagne (73%). Les Américains se situent dans la moyenne mondiale, avec 47% d'opinions «très favorables» ou «plutôt favorables» au nucléaire. Les Russes sont 52% dans le même cas.

Chaque échantillon est représentatif de la population de chaque pays en termes de variables socio-démographiques. En France, le sondage a été réalisé par l’institut BVA du 23 au 24 mars 2011 auprès d’un échantillon de 1.192 personnes, recruté par téléphone et interrogé par internet, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de famille).