Comment assainir l'air intérieur

ECO-GESTES Nous vivons vingt-deux heures sur vingt-quatre en espace clos. Or, l'air de nos habitations ou de nos bureaux est plus pollué que dehors! En cause: une mauvaise aération et la présence de produits chimiques nocifs pour notre santé. Heureusement, des solutions simples existent pour purifier son intérieur...

Delphine Rabasté

— 

Des plantes purifiantes et dépolluantes d'intérieur sont vendues dans les jardineries.
Des plantes purifiantes et dépolluantes d'intérieur sont vendues dans les jardineries. — DURAND FLORENCE/SIPA

1. J’OUVRE LA FENÊTRE

Aérer deux à trois fois par jour pendant une dizaine de minutes permet d’assainir les pièces. Pour ne pas bloquer la circulation de l’air, veillez à ce que les aérations ne soient ni bouchées, ni cachées sous un meuble, qu’il y ait un espace de 2 cm sous les portes, que la hotte de la cuisine soit entretenue… Petit plus: pensez à ventiler lorsque vous faites le ménage, bricolez ou cuisinez !

2. JE NE LÉSINE PAS SUR LES PLANTES VERTES

Leurs feuilles absorbent les polluants de l’air qui seront ensuite transformés en produits organiques nourrissant les racines. Le chrysanthème lutte contre le benzène, la fougère et les palmiers résorbent le formaldéhyde, le ficus et le lierre s’attaquent au xylène… À ce jour, si quelques enquêtes indiquent que les végétaux diminuent la concentration en polluants, on sait qu’ils ne peuvent pas purifier l’air d’une pièce entière. Le programme de recherche Phyt’air, créé en 2004, étudie objectivement toutes les qualités épuratrices des plantes. En attendant les résultats, pour l’esthétique ou le bien-être, rien ne vous empêche de verdir votre intérieur, avec une plante verte pour 9 m²!

3. J’UTILISE DES NETTOYANTS MAISON

Halte au tout toxique et vive les recettes de grand-mère! Malignes et économiques. Entre autres? Parfumer son intérieur avec une orange piquée de clous de girofle, des huiles essentielles ou du papier d’Arménie, vendu en pharmacie (2 à 4 €). Découpé en lamelles détachables et incandescentes, il se consume en libérant des effluves de benjoin et de vanille.

4. JE M’ATTAQUE À L’HUMIDITÉ

Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé publié en 2009, les occupants de bâtiments humides ont un risque de souffrir de troubles respiratoires et d’asthme 75 % supérieur à la normale. Et dire que dans l’Union européenne, 20 à 30 % des ménages connaissent des problèmes d’humidité! Bactéries et champignons se développent, diffusant spores, fragments de cellules et produits chimiques. Comment les éviter? Aérez régulièrement, ventilez après avoir cuisiné, pris un bain ou une douche, pour éviter la condensation de l’eau sur les murs et les meubles, évitez de faire sécher votre linge à l’intérieur et réparez les fuites et les infiltrations. Si des moisissures apparaissent, lavez alors la surface contaminée avec un chiffon humide et du bicarbonate de soude ou bien un peu de détergent.

5. JE LUTTE CONTRE LES ACARIENS…

Ces petites bêtes, invisibles à l’oeil nu, sont partout dans la maison et dans les bureaux. Un gramme de poussière peut même en «accueillir» de 2 000 à 10 000! Pour limiter leur nombre, humidifiez les chiffons et les serpillières, pour ne pas remettre la poussière en suspension quand vous faites le ménage. Nettoyez également régulièrement votre literie et vos draps. Évitez les atmosphères surchauffées et aérez souvent car les acariens adorent la chaleur. N’oubliez pas non plus les rideaux, les canapés, les tapis et les moquettes. Et faites attention aux poils d’animaux!

Bricolage, éco-matériaux, fumée de combustion, astuces anti-COV… Plus de conseils sur NEOPLANETE