AIEA: baisse de la radioactivité dans un village proche de Fukushima

© 2011 AFP

— 

Les niveaux de radioactivité dans le village japonais d'Iitate, proche de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, s'améliorent de jour en jour et sont désormais inférieurs aux limites de sécurité, a annoncé vendredi l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Mercredi, l'AIEA avait indiqué qu'elle avait mesuré des niveaux de radiations "justifiant une évacuation" à Iitate.

Ce village est situé à 40 km de Fukushima Daiichi (N°1), nettement en dehors de la zone d'évacuation d'un rayon de 20 km autour de la centrale et même de la zone située entre 20 et 30 km à l'intérieur de laquelle les habitants se sont vu conseiller de rester cloîtrés chez eux ou de partir.

Vendredi, de nouveaux échantillons prélevés dans le sol ont montré que les niveaux se situaient en dessous des limites justifiant une évacuation fixées par l'agence.

"Le niveau actuel est en dessous des limites recommandées par l'AIEA", a déclaré la directrice du centre d'urgence et d'incident de l'AIEA, Elena Buglova.

Une quinzaine de prélèvements dans le sol ont été effectués à Iitate entre le 19 et le 29 mars "et en tenant compte du déclin de la radioactivité survenu depuis les premières mesures, le niveau moyen actuel est de l'ordre de 7 megabecquerels par mètre carré", a déclaré Gerhard Proehl, un spécialiste de l'environnement à l'AIEA.

"Cette valeur est inférieure à celle enregistrée il y a deux jours et avec le déclin de la radioactivité, la situation s'améliore de jour en jour", a souligné M. Proehl.

Le taux mesuré mercredi par l'AIEA atteignait 20 megabecquerels par mètre carré, soit le double du niveau à partir duquel l'agence onusienne recommande l'évacuation.

L'iode 131, l'une des substances radioactives échappées des réacteurs de Fukushima endommagés par le tsunami qui a suivi le séisme du 11 mars, diminue au rythme de 8% par jour, a relevé M. Proehl.

Le chef du département de sûreté et de sécurité nucléaire, Denis Flory, a pour sa part déclaré vendredi que la situation globale de Fukushima restait "fondamentalement inchangée et toujours très grave".