Le cheval miniature américain reconnu en France

© 2011 AFP

— 

Le cheval miniature américain, qu'il ne faut surtout pas confondre avec un poney, est désormais reconnu en France grâce à la signature d'une convention race étrangère, ont indiqué ce vendredi les Haras nationaux.

L'enregistrement de ces mini chevaux sur le sol Français s'effectue auprès de l'Institut Français du cheval et de l'équitation (IFCE), en collaboration avec Agnès Moitry, mandatée par l'AMHA, l'association américaine de la race.

Comme pour toutes les races étrangères, ce cheval miniature est inscrit à la naissance dans son stud-book (livre généalogique), berceau de la race, soit aux Etats-Unis, indique Sylvie Rizo des Haras nationaux. Selon elle, 540 chevaux miniatures américains sont aujourd'hui répertoriés sur le territoire Français.

«Une véritable petite bombe» de 89 cm maximum

«Il ne doit pas mesurer plus de 89 cm au garrot, ressembler le plus possible à un cheval de sang et être très raffiné», explique Agnès Moitry ancienne cavalière de dressage.

«C'est un excellent cheval de dressage pour le travail aux longues rênes et l'attelage car c'est une véritable petite bombe», poursuit l'éleveuse à la tête d'un cheptel d'un vingtaine de spécimens dans le Vaucluse.

«Bai, brun, café au lait: on peut trouver la couleur que l'on veut car il se décline dans toutes les robes». Il faut toutefois compter en moyenne 3.000 euros, voire beaucoup plus pour l'achat de ce cheval doté d'un fort caractère et réputé peu fragile.

Il en existe 200.000

Le Stud-book du cheval miniature américain a été mis en place aux Etats-Unis il y a 35 ans. Aujourd'hui, ils sont plus de 200.000 dans une quarantaine de pays.

En France, seulement sept ou huit professionnels élèvent ce mini équidé mais aussi des particuliers, propriétaires d'une ou deux poulinières.

En France parmi les chevaux miniatures, le falabella est le plus connu. D'origine argentine est issu de croisements entre poneys Shetlands et pur-sang anglais. Il toise 76 cm maximum au garrot.