Le bilan écolo de la mairie de Lille

LILLE La semaine du développement durable débute jeudi à Lille...

Olivier Aballain

— 

Les petites fleurs c'est aussi du concret pour la municipalité lilloise.
Les petites fleurs c'est aussi du concret pour la municipalité lilloise. — M. Libert / 20 Minutes

Un petit coup d'œil en arrière pour lancer la semaine du développement durable. Le conseil municipal de Lille a fait le point hier sur son «Agenda 21» signé en avril 2010. L'occasion de revenir sur ce qui marche fort, et sur ce qui patine encore.

Top. La gestion différenciée des espaces verts fait école. Depuis 2004, l'herbe est tondue beaucoup moins souvent, pour donner de l'aise aux fleurs et insectes. Et les pesticides ont été progressivement abandonnés. En octobre, Lille a reçu le 2e prix au concours des capitales françaises de la biodiversité. Autre réussite, l'autopartage: un millier d'abonnés qui louent une voiture au lieu de l'acheter. Marc Santré, l'adjoint (Verts) aux Déplacements, a annoncé hier un triplement du service d'ici 2016. Avec un espoir: atteindre l'équilibre financier (120.000 € de pertes en 2009).

Flop. Des aliments bio à la cantine : une promesse que la ville peine à tenir complètement. L'objectif a été fixé à 50 % de bio d'ici à 2014. «Nous ne sommes qu'à 20 %», reconnaît le 1er adjoint Pierre de Saintignon (PS), qui pointe les difficultés d'approvisionnement.

Bof. Selon Christian Decocq, opposant UMP, «la ville doit plus s'occuper du lien entre environnement et santé». En communauté urbaine, une réflexion est en cours sur la pollution des sols après un rapport rendu en juin dernier.