Le panache radioactif arrive en Europe, les mesures dans quelques jours

© 2011 AFP

— 

Le panache émis par la centrale japonaise de Fukushima devait arriver mercredi sur l'Europe, mais les premières mesures ne seront pas connues avant plusieurs jours vu l'infime niveau de radioactivité attendu, selon l'Institut français de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Le nuage devait commencer par toucher la Scandinavie, avant de descendre sur l'Europe de l'Ouest et centrale, puis de gagner l'Afrique du Nord, selon une carte de l'IRSN modélisant la "dispersion" depuis le Japon.

En France, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) répète depuis plusieurs jours que les retombées radioactives resteront à "des niveaux extrêmement bas" et seront "sans aucune conséquence" sur la santé.

Les retombées radioactives du nuage ne nécessitent pas "de précautions particulières pour la santé", avait assuré plus tôt la ministre de l'Environnement Nathalie Kosciusko-Morizet.

"Ce sont des traces tellement faibles qu'il n'est pas question de précautions particulières pour la santé (...) non, vraiment pas de danger", a déclaré Mme Kosciusko-Morizet à l'issue du Conseil des ministres.

"Ca va être un phénomène très graduel. D'après la simulation de Météo France, les éléments radioactifs pourraient commencer à apparaître à partir d'aujourd'hui et ça va durer plusieurs jours, voire plusieurs semaines", a expliqué à l'AFP Didier Champion, directeur de l'environnement à l'IRSN.

Mais la preuve de l'arrivée des particules émises par la centrale japonaise de Fukushima, et le niveau de radioactivité, ne seront pas connus avant plusieurs jours, a-t-il ajouté.

En raison de ce très faible niveau de radioactivité, la "sensibilité des systèmes de détection en temps réel est insuffisante pour percevoir le phénomène", a expliqué M. Champion.

Il faudra alors avoir recours à des engins pompant durant plusieurs jours jusqu'à 700 m3 d'air par heure avec des philtres spéciaux, "capables d'atteindre des limites de détection très basses", qui sont ensuite analysés en laboratoire, a-t-il expliqué.