Dix éco-gestes pour célébrer le printemps

PRINTEMPS On y est enfin, le printemps est là! Le soleil pointe le bout de ses rayons, les papillons refont surface, les bourgeons apparaissent et le jardin recommence à fleurir. L'occasion de remettre au goût du jour quelques gestes oubliés durant l'hiver. Avec Noé Conservation...

Néoplanète

— 

Paysage de montagne au printemps dans le Jura.
Paysage de montagne au printemps dans le Jura. — BAUDET JEAN-MARC/SIPA

1 Je fais le grand ménage du printemps

Profitez-en pour remettre votre intérieur. Equipez vous d’un chiffon en microfibres et de quelques produits nettoyants, écologiques bien-sûr (bicarbonate de soude, vinaigre d’alcool, cendres...), et décrassez toutes les surfaces à portez de votre main! Savez-vous par exemple, qu’une ampoule sans poussière, c’est 40% de flux lumineux supplémentaire?. Une fois lancé, vous pouvez aussi faire le tri dans vos vêtements et les porter chez Emmaüs par exemple, rapporter vos médicaments périmés à votre pharmacie ou encore classer vos papiers.

2 Je fleuris mon balcon et/ou mon jardin

Les colchiques ont leurs prés, pourquoi les tomates n’auraient-elles pas leurs balcons? Une bonne recette de jardinier responsable mélange des fleurs locales, des aromatiques et éventuellement, selon la place dont vous disposez, des plantes potagères. Voici quelques exemples d’espèces que vous pouvez utiliser afin de réaliser un petit coin de verdure original et biodiv': monnaie du pape, capucines, myosotis, giroflées, romarin, menthe, basilic, plant de tomate… De quoi éveiller tous vos sens!


3 J’accueil les insectes sur mon balcon et/ou mon jardin

Précieux alliers sur nos balcons ou dans nos jardins, ils combattent l’invasion des pucerons et pollinisent les fleurs de nos plantes. N’hésitez par à accueillir les abeilles, les papillons et autres bourdons en leur construisant un gîte. Faites place également aux perce-oreilles, ils font la joie du jardinier en se nourrissant de son ennemi principal: le puceron. Pour attirer  toutes ces joyeuses «bébêtes» pollinisatrices, choisissez des plantes sauvages pollinifères, nectarifères et mellifères telles que l’aubépine, le chèvrefeuille, le sureau, la lavande qui se démarquent en outre par leur esthétisme et l’odeur délicate de leurs fleurs.

4 Je jardine de façon écologique

Pour vous transformer en véritable jardinier eco-responsable, pensez systémique! En effet, dans votre jardin ou même votre balcon, tout est lié, les êtres vivants associés à la matière minérale constituent une chaîne, dont les maillons sont bien solides. Alors pourquoi ne pas utiliser cette chaîne pour faire fleurir vos plantes et pousser vos fruits et légumes? La clé d’un «bio» jardin, c’est l’équilibre!  En attirant les insectes prédateurs qui se nourrissent des «nuisibles», en utilisant des décoctions de plantes (purin d’absinthe contre les pucerons, infusion de gousses d’ail contre les maladies cryptogamiques…), en réalisant votre compost, en récupérant l’eau de pluie pour l’arrosage, en laissant un coin de jardin au naturel, etc. Lavoisier nous le confirme : «Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme».

Retrouvez les 5 conseils de Neoplanète pour jardiner bio.

5 Je découvre la saveur des variétés anciennes

Depuis quelques années, des milliers de variétés anciennes de fruits, de légumes et de céréales, disparaissent, supplantées par les variétés hybrides modernes, à haut rendement, et généralement aux qualités gustatives moindres. Cette érosion de la biodiversité cultivée est inquiétante car une variété qui disparaît, c’est un patrimoine génétique perdu de façon irréversible. Manger et cultiver des variétés anciennes, c’est garantir leur survie, tout en faisant plaisir à vos papilles et à vos yeux! Un exemple probant est celui de la pomme: troquez votre golden contre une belle de Boskoop rouge ou une Cox orange pipin ou encore une Delbard jubilée, l’originalité de leur nom est à la hauteur de leur valeur patrimoniale et gustative!

Plus d'éco-gestes pour célébrer le printemps sur NEOPLANETE