Suède: manifestation contre un puits "éternel" de déchets nucléaires

© 2011 AFP

— 

Une société suédoise a déposé mercredi une demande pour construire un site d'enfouissement de déchets nucléaires pour 100.000 ans, malgré une manifestation de militants de Greenpeace en pleine catastrophe nucléaire au Japon.

SKB, l'entreprise chargée des déchets nucléaires en Suède, a annoncé le dépôt d'une demande de permis de construire d'un site d'enfouissement à Forsmark, à 150 km au nord de Stockholm, près de la mer Baltique.

Une demande a également été déposée pour un site de préstockage à Oskarshamn, sur la côte sud-ouest de la Suède, pour une mise en chantier visée en 2015 et des inaugurations prévues autour de 2022-2024.

Enfouis à 500 mètres de profondeur dans un sol granitique, les déchets seront placés dans des coffres en cuivre, et doivent selon le cahier des charges y être stockés perméablement au moins 100.000 ans.

Mais selon Greenpeace, la technique peut s'avérer dangereuse et les garanties apportées pour que des fuites radioactives n'aient pas lieu pendant 100 millénaires sont insuffisantes.

Environ 25 militants de l'organisation écologiste ont manifesté mercredi matin devant les locaux de SKB, vêtus de combinaisons blanches et de masques anti-radiations pour demander à la société de revoir ses plans, a constaté une journaliste de l'AFP.

"Faites plus de recherches pour pouvoir garantir qu'aucune radioactivité ne puisse fuir, et ne prétendez pas que vous connaissez la réponse", a dénoncé Martina Krüger, une responsable des questions d'énergie chez Greenpeace.

La Suède, qui dispose de dix réacteurs nucléaires qui produisent 45% de son électricité, avait annoncé début 2009 la relance de son programme nucléaire, qu'elle souhaitait initialement abandonner progressivement.

Malgré le grave accident de Fukushima au Japon, le Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt a défendu mardi à Vilnius le nucléaire, en soulignant que son abandon signifierait plus de rejets de CO2 avec l'usage de centrales thermiques.

La radioactivité, si elle se réduit de 99% après plusieurs décennies, ne retrouve le niveau du minerai d'uranium brut qu'après 100.000 ans.