Séisme et tsunami au Japon: Les écologistes français veulent relancer le débat sur le nucléaire

ENVIRONNEMENT Les associations réunies ce dimanche soir réclament l'abandon du nucléaire et un débat sur la politique énergétique française...

Audrey Chauvet

— 

Des écologistes se sont rassemblés le dimanche 13 mars 2011 sur la place du Trocadéro pour dénoncer l'utilisation du nucléaire en France.
Des écologistes se sont rassemblés le dimanche 13 mars 2011 sur la place du Trocadéro pour dénoncer l'utilisation du nucléaire en France. — Audrey Chauvet / 20minutes.fr

A l’appel du réseau Sortir du nucléaire, les associations écologistes se sont réunies ce dimanche soir au Trocadéro pour exprimer leur soutien à la population japonaise après le séisme de vendredi qui a provoqué des dégâts dans les centrales nucléaires de Fukushima et Tokai. Les associations, accompagnées de quelques partis politiques, étaient surtout là pour demander un changement radical de la politique énergétique française, basée à plus de 80% sur le nucléaire.

«Nous voulons dénoncer une industrie mensongère et mortifère, déclare Charlotte Mijeon, du réseau Sortir du nucléaire. Il faut mettre fin au nucléaire et faire la lumière sur la vulnérabilité des centrales françaises aux risques sismiques. EDF a falsifié les documents concernant ce risque et Eric Besson a tenu des propos mensongers en affirmant que tout était sous contrôle», dénonce la représentante du réseau antinucléaire, qui demande la fermeture immédiate de la centrale de Fessenheim, en Alsace, située dans une zone sismique.

Les ONG seront reçues lundi par Nicolas Sarkozy

Greenpeace France souhaite également que le gouvernement français tire les leçons du drame japonais: «Le risque zéro n’existe pas, rappelle Sophia Majnoni, chargée de campagne nucléaire chez Greenpeace. La France a boosté sa production d’électricité depuis les années 1980, notamment en généralisant le chauffage électrique, pour favoriser le nucléaire. Le mix énergétique est un leurre dans notre pays.» Pour le député Europe Ecologie-Les Verts Yves Cochet, la catastrophe japonaise est «un coup fatal porté au nucléaire» et l’occasion d’«ouvrir un vrai débat démocratique en France malgré la puissance des lobbys.»

Pour s’affranchir du nucléaire et de ses dangers, les militants écologistes réclament une politique de soutien aux énergies renouvelables et, avant tout, des économies d’énergie qui pourraient réduire de 25% la consommation française d’électricité selon Greenpeace. Pour faire entendre leur voix, les associations du Grenelle seront reçues lundi après-midi par Nicolas Sarkozy dans l’espoir de lancer un Grenelle de l’énergie.

«Les événements dramatiques du Japon, la polémique sur les gaz de schiste et le baril de pétrole à 200 dollars qui va permettre d’aller plus loin dans l’horreur des sables bitumineux nous poussent à demander un grand débat national sur l’énergie», déclare Serge Orru, directeur général du WWF France et porte-parole de l’Alliance pour la planète.