Le tsunami se propage dans le Pacifique

SEISME Pas de dégâts à déplorer dans les régions touchées par la vague...

Audrey Chauvet
— 
Les côtes de Hawaï ont été évacuées en prévision de l'arrivée du tsunami après le séisme qui a frappé le Japon le 11 mars 2011.
Les côtes de Hawaï ont été évacuées en prévision de l'arrivée du tsunami après le séisme qui a frappé le Japon le 11 mars 2011. — Lucy Pemoni/AFP

Toutes les régions côtières du Pacifique sont en alerte ce vendredi après le séisme qui a fait trembler le Japon et le tsunami qui a submergé les côtes japonaises.

Les premières vagues atteignent les côtes de la Californie. Des évacuations ont eu lieu dans les comtés de Del Norte, au nord de l'Etat, et de San Mateo, au sud de San Francisco, où de faibles vagues ont été observées. Les populations vivant  dans les zones côtières de l'Oregon ont évacué leurs  habitations. Les autorités américaines se veulent rassurantes après le  passage sans dégâts du tsunami à Hawaï. Selon les services métérologiques, la plus forte vague enregistrée pour l’instant mesurait 85 cm de hauteur et s’est écrasée sur les plages de Hanalei, à Kauai. L'alerte a été levée à Hawaï: les populations peuvent regagner les côtes mais ne doivent pas se rendre sur les plages par mesure de précaution.

Au Canada,  le gouvernement s'attend à un tsunami de faible ampleur qui pourrait   affecter des immeubles sur la côte ou créer de puissants courants dans   les ports. Les autorités locales ont été priées d'évacuer les marinas et   les plages.

Les vagues ont atteint les côtes du Nord-Ouest du Mexique  peu avant 19h. Selon l'AFP, elles ne sont hautes que de 50 cm. Les autorités ont  temporairement fermé les plages et des  évacuations ont eu lieu. Des ports ont été fermés  dans l'État de Oaxaca,  dans le sud du pays.

Le Costa Rica   pourrait être atteint à 23h, le Chili dès minuit et le Pérou dans la  nuit, entre 1h et 3h30  du matin. Les surfeurs de Punta Roquitas, près  de Lima, sont plus enthousiastes qu'inquiets et s'apprêtent à profiter  de grosses vagues. Selon l'AFP, un appel au calme a été lancé par le  bureau des  urgences chilien (Onemi) après une alerte émise pour toutes  les côtes du  pays, y compris l'île de Pâques, en cours d'évacuation. Le président Sebastian Pinera a demandé aux Chiliens de rester en alerte mais de continuer à vivre normalement. L’Equateur a entrepris des évacuations préventives, rapporte l’AFP.



«Aucune vague significative» en Nouvelle-Calédonie et Wallis et Futuna, l’alerte est levée. Sur les côtes nord de Tahiti, dans les baies de Moorea  et dans une baie de Huahine, les vagues pourraient atteindre 2,10  mètres. Elles pourraient atteindre environ 2 mètres aux îles Australes,  situées au sud de Tahiti, et 1 mètre dans les autres îles de la  Polynésie française. Les premières vagues pourraient atteindre la  capitale  Papeete (île de  Tahiti) vers 18h30. L'archipel des Marquises est «susceptible de subir des effets significatifs»  .  Des vagues de deux à quatre mètres sont attendues. Le Haut-commissariat ajoute que «le danger persiste pendant au moins  deux heures après l'arrivée de la première vague, et que les amplitudes  peuvent être croissantes». Les établissements scolaires seront fermés  dans toute la Polynésie. Le Haut-commissariat a mis en place une ligne  d'information, le (689) 47.20.00. La ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, «a mobilisé l'ensemble des moyens dédiés à la prévention des risques naturels afin d'évaluer l'heure et l'ampleur de la vague qui devrait toucher les côtes de ces territoires», précise le ministère dans un communiqué. 

L'alerte a également été levée en Australie, Nouvelle-Zélande, Indonésie et Taiwan.

Les côtes mexicaines pourraient être impactées vers 18h. Des vagues de grande ampleur sont attendues dans la péninsule de  Basse-Californie, dans le nord du Mexique. Les autorités ont  temporairement fermé les plages de cette destination touristique. Des  évacuations ont eu lieu, des ports ont été fermés dans l'État de Oaxaca,  dans le sud du pays.

Le Costa Rica  pourrait être atteint à 23h, le Chili dès minuit et le Pérou dans la nuit, entre 1h et 3h30  du matin. Les surfeurs de Punta Roquitas, près de Lima, sont plus enthousiastes qu'inquiets et s'apprêtent à profiter de grosses vagues. Selon l'AFP, un appel au calme a été lancé par le bureau des  urgences chilien (Onemi) après une alerte émise pour toutes les côtes du  pays, y compris l'île de Pâques, en cours d'évacuation. Le président Sebastian Pinera a demandé aux Chiliens de rester en alerte mais de continuer à vivre normalement. L’Equateur a entrepris des évacuations préventives, rapporte l’AFP. 

Selon la NOAA, la hauteur des vagues qui atteindront les côtes n’est  pas prévisible, mais la première vague de 10 mètres qui a atteint les  côtes japonaises ne sera pas forcément la plus forte.

Un tsunami de faible amplitude a frappé les côtes indonésiennes,  rapporte la BBC. Les vagues n'ont atteint qu'un demi-mètre de hauteur mais  d’autres vagues pourraient arriver dans les prochaines heures. «Ce  n’est pas la région qui a été touchée en 2004, mais quand vous   prononcez le mot «tsunami» ici, les gens savent ce que ça veut dire, rapporte la correspondante de la BBC à Jakarta.   Nous avons entendu parler de bouchons sur les routes dans les grandes   villes du Nord Sulawesi, les gens essayent de quitter la côte le plus   vite possible.»

De faibles vagues ont également atteint les Philippines, rapporte l’AFP. Aucun dommage matériel ou humain n'est à déplorer.



Tsunami waves strike Japan par CNN_International