Pékin dans un épais brouillard de pollution

POLLUTION La capitale chinoise a connu lundi une pollution record...

© 2011 AFP

— 

Pollution de l'air dans les rues de Pékin, en décembre 2009.
Pollution de l'air dans les rues de Pékin, en décembre 2009. — Andy Wong/AP/SIPA

La pollution de l'air dans la capitale chinoise a dépassé lundi les pires niveaux de l'indice, a annoncé l'ambassade des Etats-Unis, tandis que les autorités locales conseillaient d'éviter les activités à l'extérieur. En raison de l'absence de vent et d'un réchauffement des températures, Pékin était couvert d'un épais nuage, la visibilité ne dépassant pas quelques centaines de mètres. L'ambassade des Etats-Unis, qui calcule de façon indépendante le degré de pollution aérienne, a indiqué que celui-ci avait dépassé le pire niveau de l'indice. Le Bureau de l'environnement de Pékin a de son côté évalué que la pollution avait atteint le niveau 5, soit le plus mauvais de son échelle.

«Il est évident que les personnes âgées et les enfants ne doivent pas sortir», a déclaré à l'AFP une responsable de ce bureau. Dans certaines zones de la ville, la visibilité ne dépassait pas 200 mètres, selon les services météorologiques officiels.

Cinq millions de véhicules qui polluent

La pollution à Pékin est alimentée par de nombreuses centrales thermiques à charbon, les industries dans la conurbation et près de 5 millions de véhicules dans les rues. En 2010 dans la capitale chinoise, environ 2.000 nouveaux véhicules sont venus chaque jour s'ajouter au trafic déjà saturé, aggravant les embouteillages, malgré la présence de six périphériques, véritables autoroutes urbaines.

Selon les estimations des chercheurs, 300.000 personnes meurent chaque année en Chine de maladies cardiaques et de cancer du poumon liés à la pollution de l'air. Les coûts de santé qui sont liés à la pollution de l'air pourraient représenter jusqu'à 3,8% du PIB, estime la Banque mondiale.