La Bretagne s'en prend à la campagne d'affichage de France Nature Environnement en justice

CAMPAGNE FNE La région récuse les visuels montrant des plages recouvertes d'algues vertes...

Audrey Chauvet
— 
Les élevages intensifs de porcs en Bretagne sont montrés du doigt par FNE pour la production de nitrates à l'origine du phénomène des algues vertes.
Les élevages intensifs de porcs en Bretagne sont montrés du doigt par FNE pour la production de nitrates à l'origine du phénomène des algues vertes. — France Nature Environnement

Après les agriculteurs et la régie publicitaire de la RATP, c’est au tour de la région Bretagne d’attaquer la dernière campagne choc de France Nature Environnement (FNE). Jean-Yves Le Drian, président du conseil régional de Bretagne, porte plainte pour atteinte à l’image de sa région. Les affiches de FNE représentant des plages recouvertes d’algues vertes pourraient porter préjudice au tourisme.

Une campagne «caricaturale»

«Nombre de Bretons, au premier rang desquels les professions agricoles, mais pas seulement, sont aujourd'hui choqués et meurtris par cette campagne caricaturale qui nie leur engagement déterminé pour un environnement durable et sain», a déclaré Jean-Yves Le Drian. Pour lui, sa région ne devrait pas être présentée comme une «source de pollution et de mise en danger de la vie d’autrui».

Mais du côté de FNE, on assure que la campagne ne vise pas la Bretagne en particulier. Benoît Hartman, porte-parole de FNE, déclarait jeudi matin sur France Info qu’il pouvait tout aussi bien s’agir de la Vendée et qu’il fallait plutôt s’en prendre «à l’origine du problème». Guy Hascoët, élu écologiste au conseil régional de Bretagne, le rejoint: «Ce qui ternit l'image de la Bretagne, ce ne sont pas les affiches mais la réalité, il ne faut pas occulter la réalité», explique-t-il au Télégramme.

Le conseil régional de Bretagne aurait surtout peur de perdre de nombreux touristes, la campagne de FNE arrivant au moment où les réservations pour les vacances d’été commencent. «Les images que les gens ont vues à la télévision auront des incidences sur le tourisme en Bretagne», s’inquiète Jean-François Serazin, président du syndicat des hôteliers-restaurateurs du Morbihan.  Le Comité régional du tourisme de Bretagne va saisir l’ARPP (Autorité de régulation professionnelle de la publicité).