Le gouvernement ne ferme pas la porte aux gaz de schiste

ENVIRONNEMENT Le ministre de l'Energie attend de nouvelles études avant de se prononcer définitivement sur l'exploitation des gaz de schiste...

© 2011 AFP

— 

Plateforme de forage de gaz de schiste aux Etats-Unis
Plateforme de forage de gaz de schiste aux Etats-Unis — Ruhrfisch

Le gouvernement n'a pas fermé la porte à l'exploitation du gaz de schiste en France à condition que les techniques mises en oeuvre pour le capturer soient respectueuses de l'environnement, a affirmé mercredi le ministre de l'Energie Eric Besson.

«La France n'a pas fermé la porte au gaz de schiste», a déclaré M. Besson sur Europe 1. «Nous attendons des réponses à ces deux questions: y-a-t-il un potentiel en France? Nul ne le sait pour l'instant. Et peut-on l'exploiter proprement? Nul ne le sait», a-t-il précisé. Selon lui, seule l'exploration du sous-sol français pourra répondre à la première question.

Concernant l'éventuelle exploitation de ces gisements, le ministre a estimé qu'elle devrait se faire à l'aide de techniques propres, «conformément à nos valeurs et au respect de l'environnement qui doit être notre préoccupation».

Disséminés dans la roche au lieu d'être concentrés dans des poches, les gaz de schiste sont extraits grâce à des forages horizontaux qui fracturent la roche en injectant d'énormes quantités d'eau, de sable et de produits chimiques. Cette technique est abondamment utilisée aux Etats-Unis où ses détracteurs dénoncent des cas de pollution des nappes phréatiques.

Le gouvernement a annoncé début février la suspension des travaux de prospection de gaz de schiste dans le sud de la France dans l'attente des conclusions d'une mission d'évaluation des enjeux environnementaux prévues pour le 31 mai.