Pollution: les Pays de la Loire plein gaz

ENVIRONNEMENT Le total des émissions de gaz à effet de serre en Pays de la Loire est très supérieur à la moyenne nationale. Le secteur agricole en serait la principale raison...

A Nantes, Frédéric Brenon

— 

L'élevage bovin est un gros émetteur de gaz à effet de serre.
L'élevage bovin est un gros émetteur de gaz à effet de serre. — GILE MICHEL/SIPA

L’observatoire régional économique et social (Ores) vient de dévoiler une étude sur les émissions de gaz à effet de serre, sources du réchauffement climatique, en Pays de la Loire. Les résultats tordent le cou à certaines idées reçues. Tour d’horizon.

-La région mauvais élève.

Le total des émissions de gaz à effet de serre en Pays de la Loire s’élevait à 35 millions de tonnes équivalent C02 en 2007. Par habitant, le niveau d’émissions est ainsi de 10,1 t contre 8,2 t en moyenne nationale. Un constat peu glorieux qui s’explique en grande partie par l’importance du secteur agricole (deuxième région française). De très loin le plus gros émetteur régional, la Loire-Atlantique doit la moitié de ses gaz à effet de serre au secteur de la transformation d’énergie (centrale EDF de Cordemais et raffinerie de Donges).

-L’agriculture devant les transports.

Avec plus de 11 millions de tonnes équivalent C02 en 2007, l’agriculture-sylviculture apparaît comme le plus gros émetteur de gaz à effet de serre de la région. Les activités d’élevage (notamment les fameux pets et rots de vache) et l’usage des produits phytosanitaires en sont les principaux responsables. Le secteur des transports arrive en seconde position (8 millions de tonnes CO2), surtout du fait des voitures et camions. L’habitat et l’emploi tertiaire sont quatrièmes, en particulier à cause du chauffage. L’industrie manufacturière, souvent montrée du doigt, n’arrive  qu’en cinquième position.

-Evolution peu optimiste.

Si le volume  global d’émissions tend à légèrement diminuer depuis 2000, les secteurs des transports et la transformation d’énergie continuent, eux, de suivre une courbe inverse. Depuis 1990, les émissions d’origine énergétique ont ainsi progressé de 26 % alors que la population ligérienne n’augmentait dans le même temps que de 12 %.

- Quels objectifs à atteindre ?

24,7 millions de tonnes équivalent C02: c’est l’objectif que la région doit atteindre en 2020 si elle veut se conformer au Grenelle de l’environnement qui prévoit de réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990. La consommation d’énergie doit elle aussi diminuer de 20 %.