Eco-emballages vante la «redevance incitative» testée en Alsace

RECYCLAGE Pour le tri des déchets, Eco-emballages veut appliquer le principe pollueur-payeur...

© 2011 AFP
— 
Poubelles de tri sélectif.
Poubelles de tri sélectif. — AFP

La mise en place d'une redevance incitative dans le centre de l'Alsace début 2010 a permis d'obtenir de «très bons» résultats en matière de recyclage des déchets, se sont félicités mardi l'organisme Eco-emballages et le syndicat local de gestion des déchets. De 2009 à 2010, le tonnage de déchets recyclés par an et par habitant y est passé de 50 à 52 kg (+6%), a expliqué Jean-Pierre Piela, président du SMICTOM (Syndicat mixte de traitement et de collecte des ordures ménagères) d'Alsace centrale, qui gère les déchets de 125.000 habitants dans 89 communes.

Dans le même temps, les erreurs de tri ont diminué de 46%, a précisé Jean-Pierre Piela, à l'occasion d'une conférence de presse sur son site de Scherwiller. «Ce sont de très bons résultats», a estimé le directeur des opérations d'Eco-emballages Pascal Heinaux, qui espère que d'autres collectivités suivront cet exemple, alors que la loi Grenelle prévoit un objectif de 75% de recyclage des déchets d'emballage ménagers dès 2012.

Plus de déchets non recyclables, plus de redevance

La redevance incitative a pour objectif d'appliquer aux ménages le principe «pollueur payeur»: son montant augmente en fonction de la taille du bac gris (celui qui reçoit les ordures non recyclables) qui leur est attribué. Simultanément, il est demandé aux éboueurs de vérifier le contenu des bacs jaunes (emballages) et de les refuser en cas de contenu non conforme. Les consommateurs sont ainsi incités à jeter le maximum de déchets dans le bac jaune, sans pour autant y déposer de déchets non recyclables.

La mise en place de la redevance en Alsace centrale au 1er janvier 2010 a été accompagnée de mesures visant à «simplifier le geste de tri» et «aider le citoyen»: les consignes de tri ont été uniformisées, des «ambassadeurs du tri» ont été chargés d'actions pédagogiques auprès des habitants, les gardiens d'immeubles ont été formés, a détaillé Jean-Pierre Piela.

Une minorité de collectivités ont pour l'heure adopté un régime de redevance lié au volume de déchets. La communauté d'agglomération du grand Besançon (CAGB) est la seule agglomération de plus de 50.000 habitants à s'être engagée dans cette voie. Eco-Emballages est l'organisme qui gère les contributions financières des entreprises en matière de recyclage pour les redistribuer aux collectivités territoriales chargées de la collecte.