Habiter près d'une station-service peut être dangereux pour la santé

POLLUTION Des polluants nocifs comme le benzène se répandent jusqu'à 100 mètres autour des stations...

A.C.
— 
Une station-service à Clamart, en octobre 2010.
Une station-service à Clamart, en octobre 2010. — DURAND FLORENCE/SIPA

L’essence ne pollue pas que lorsqu’elle est utilisée par les moteurs. Déjà dans les pompes, des composés organiques atmosphériques se diffusent dans l’air à des niveaux dangereux pour la santé, ont révélé des chercheurs espagnols de l’université de Murcia, en Espagne. Leur recommandation: ne pas construire de logements à moins de 50 mètres des stations-service, voire 100 mètres pour les bâtiments sensibles (écoles, crèches, hôpitaux, maisons de retraite,…).

Benzène et n-hexane dans l’air

L’étude, publiée dans The Journal of Environmental Management, montre que les niveaux de benzène et de l’hydrocarbure n-hexane dans l’air sont plus élevés dans les zones proches des pompes. «Certains composés organiques atmosphériques, tels que le benzène, qui augmente le risque de cancer, ont été enregistrées dans les stations-service à des niveaux supérieurs à ceux des zones urbaines où la circulation est la principale source d'émission», explique Marta Doval, une des auteurs de l’étude. C’est en particulier lors des ravitaillements que les composés polluants se dégagent dans l’atmosphère.

Les chercheurs relativisent toutefois ces résultats, rappelant que si le trafic et la pollution sont denses autour de la station-service, la pollution supplémentaire qu’elle génère «se  chevauche et passe alors inaperçue». Ils recommandent toutefois de ne pas construire de logements à moins de 50 mètres des stations, voire de 100 mètres pour les installations «particulièrement vulnérables», comme celles destinées à recevoir des enfants, des personnes âgées ou des malades.