Ouverture d'une enquête pour massacre de chiens husky au Canada

ANIMAUX Après les Jeux olympiques de Vancouver, une centaine de chiens «au chômage» auraient été cruellement abattus…

A.C.

— 

Des chiens de traîneau au Canada.
Des chiens de traîneau au Canada. — SUPERSTOCK/SIPA

Il n’a pas pu garder le silence. Un ouvrier de la société Howling Dog Tours, qui propose des balades en chiens de traîneau dans la région de Vancouver au Canada, a affirmé que ses employeurs lui avaient demandé, après le départ des nombreux touristes venus assister aux Jeux olympiques en février dernier, de supprimer les chiens husky désœuvrés. La police canadienne a déclaré lundi avoir ouvert une enquête sur cette extermination brutale d’une centaine de chiens, rapporte le site belge RTL Info. «Nous avons ouvert un dossier et désigné un enquêteur», a déclaré à l'AFP le sergent Steve LeClair.

Des scènes «horribles»

Car le «meurtre» des chiens de traineau a été particulièrement atroce, si l’on en croit les dires de l’ouvrier qui a été chargé de le commettre. Les vétérinaires ayant refusé d’euthanasier les chiens, il a dû, pendant deux jours, les égorger au couteau et les achever avec un fusil quand c’était nécessaire. Des témoins auraient vu des chiens seulement blessés sortir de la fosse commune dans laquelle ils ont été jetés.

 L’avocat de l’ouvrier a déclaré à une radio de Vancouver que son client n’avait pas procédé «à une exécution propre, avec une seule balle. Inévitablement, il  a fini par voir quelques scènes horribles et, par devoir, a dû y mettre fin».  La société Howling Dog Tours nie avoir commandité le meurtre des chiens, mais leur ouvrier a déjà obtenu des dommages et intérêts pour stress subi auprès d’une caisse provinciale. La société pourrait être sanctionnée à l’issue de l’enquête de la police canadienne.