L'écrevisse géante Barbicambarus simmonsi découverte dans le Tennessee en janvier 2011.
L'écrevisse géante Barbicambarus simmonsi découverte dans le Tennessee en janvier 2011. — REUTERS/Carl Williams

BIODIVERSITE

Une espèce d'écrevisse géante découverte aux Etats-Unis

Elle a des poils aux antennes et la queue colorée…

Les biologistes pensaient avoir exploré la région de fond en comble mais la nature leur a réservé une surprise. La semaine dernière, des chercheurs américains ont découvert dans une rivière du Tennessee une nouvelle espèce d’écrevisse. Elle était pourtant difficile à ignorer : grosse comme un homard, la «Barbicambarus simmonsi», décrite dans la revue Proceedings of the Biological Society of Washington, ne ressemble pas vraiment à une écrevisse banale.

Longue de douze centimètres, l’écrevisse géante possède une queue aux couleurs rouge et bleu-vert. Ce qui la distingue également de ses congénères sont ses poils sur les antennes, qui augmentent sa sensibilité à son environnement.

Pas la peine d’aller au bout du monde pour découvrir de nouvelles espèces

Pourquoi cette écrevisse n’a pas été découverte plus tôt reste un mystère pour les scientifiques qui l’ont étudiée. «Ce n’est pas une écrevisse que quelqu’un pourrait avoir attrapé et rejeté en disant "Oh, encore une écrevisse"», commente Chris Taylor, biologiste à l’université de l’Illinois. «On aurait vu que c’était quelque chose de très différent, et on l’aurait conservée».

Les heureux chercheurs ont eu la chance de tomber sur elle alors qu’elle sortait de sous un rocher, dans une rivière affluente du Tennesse: «On dépense des millions de dollars chaque année pour envoyer des biologistes en Amazonie, en Asie du Sud-est et partout dans le monde pour y étudier la biodiversité, explique Taylor Schuster, de l’université du Kentucky. Mais l’ironie c’est qu’il y a très peu d’argent consacré à faire la même chose dans notre pays alors qu’il y a encore beaucoup de régions à explorer aux Etats-Unis», souligne-t-il dans un entretien avec Reuters.